Passer au contenu principal

BrésilBolsonaro largement en tête dans les sondages

Dans les sondages, le candidat de l'extrême droite est toujours donné gagnant du second tour de la présidentielle brésilienne.

Des spécialistes estiment que le président brésilien n'est pas à l'aise en public, que son discours et sa gestuelle le traduisent. (Samedi 18 mai 2019)
Des spécialistes estiment que le président brésilien n'est pas à l'aise en public, que son discours et sa gestuelle le traduisent. (Samedi 18 mai 2019)
Keystone
Le nouveau président brésilien a confirmé jeudi le transfert prochain de l'ambassade du Brésil à Jérusalem. (3 janvier 2018)
Le nouveau président brésilien a confirmé jeudi le transfert prochain de l'ambassade du Brésil à Jérusalem. (3 janvier 2018)
AFP
Geraldo Alckmin veut abolir les privilèges liés aux retraites et réduire le nombre de ministères.
Geraldo Alckmin veut abolir les privilèges liés aux retraites et réduire le nombre de ministères.
AFP
1 / 39

Un nouveau sondage a confirmé lundi que le candidat d'extrême droite à la présidentielle au Brésil Jair Bolsonaro restait le grand favori du second tour du 28 octobre, avec 59% des intentions de vote, contre 41% pour son adversaire de gauche Fernando Haddad.

Les résultats publiés par l'institut Ibope montrent une progression d'un point de M. Bolsonaro par rapport à la première enquête d'opinion de l'entre-deux tours, quand Datafolha le donnait vainqueur avec 58% des voix, contre 42% pour M. Haddad, mercredi dernier.

Le sondage Ibope montre également que le rejet qu'inspire le candidat de gauche est bien supérieur à celui de son concurrent: 47% des personnes interrogées ont répondu qu'elles ne voteraient en aucune circonstance pour lui, contre 35% pour Bolsonaro. Si seuls 41% des sondés ont déclaré voter avec conviction pour le candidat d'extrême droite, cette proportion chute à 28% pour M. Haddad.

Lors du dernier sondage avant le premier tour, Jair Bolsonaro affichait pourtant un indice de rejet bien supérieur à son adversaire: 43%, contre 36% pour le candidat du Parti des Travailleurs (PT), parti fondé par l'ex-président incarcéré Luiz Inacio Lula da Silva.

L'ex-capitaine de l'armée suscite le rejet d'une partie de la population en raison de son admiration affichée de la dictature militaire (1964-1985) et de ses dérapages racistes ou homophobes, mais la haine anti-PT semble avoir pris le dessus chez les électeurs.

Les détracteurs de ce parti qui a gouverné le Brésil de 2003 à 2016 le considèrent comme responsable de tous les maux qui accablent le Brésil actuellement, de la violence à la crise économique en passant par les scandales de corruption à répétition. Au premier tour, le 7 octobre, M. Bolsonaro s'est qualifié haut la main, avec 46% des suffrages, loin devant Fernando Haddad (29%).

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.