Pour Bolsonaro, le nazisme était de gauche

BrésilAprès une visite au musée de l'Holocauste en Israël, le président brésilien s'est dit certain que le nazisme était de gauche.

Jair Bolsonaro en Israël. (2 avril 2019)

Jair Bolsonaro en Israël. (2 avril 2019) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En visite officielle en Israël, le président d'extrême droite du Brésil Jair Bolsonaro a affirmé mardi qu'il n'y avait «aucun doute» sur le fait que le nazisme était un mouvement de gauche. Il venait de visiter le musée de l'holocauste à Jérusalem.

Une fois de retour à son hôtel, le chef de l'Etat a été abordé par un journaliste brésilien qui lui a demandé s'il était d'accord avec des déclarations récentes de son ministre des affaires étrangères qui avait affirmé que le nazisme était de gauche. «Sans aucun doute», a-t-il répondu. «Le parti socialiste, c'est quoi? Parti national-socialiste allemand», a ajouté le président brésilien.

Les médias brésiliens n'ont pas manqué de rappeler mardi que le centre de mémoire de l'holocauste Yad Vashem de Jérusalem explique clairement sur son site que le nazisme s'inscrivait dans la montée de «groupes radicaux de droite» en Allemagne.

Mais le ministre des affaires étrangères Ernesto Araujo, également du voyage en Israël, a défini récemment lors d'un entretien à une chaîne YouTube le fascisme et le nazisme comme «des phénomènes de gauche».

Le «dogme du réchauffement»

«La gauche s'effraie à chaque fois que ressurgit le débat sur la possibilité de qualifier le nazisme comme un mouvement de gauche», a-t-il renchéri samedi dans son blog, Metapolitica17.

Dans ce blog, il avait déjà énoncé des théories controversées sur le «marxisme culturel» qui a «influencé le dogme scientifique du réchauffement climatique» ou le fait que, selon lui, «l'objectif ultime de la mondialisation est de rompre les liens entre Dieu et les hommes».

Jair Bolsonaro est arrivé en Israël dimanche pour une visite de trois jours. Il a créé un précédent diplomatique lundi en devenant le premier chef d'Etat étranger à se rendre au mur des lamentations en compagnie d'un premier ministre israélien. Il n'a pas tenu sa promesse de transférer l'ambassade du Brésil de Tel Aviv à Jérusalem, comme l'a fait son homologue américain Donald Trump, préférant annoncer l'ouverture d'un bureau diplomatique dans la ville sainte. (ats/nxp)

Créé: 03.04.2019, 00h52

Articles en relation

Bolsonaro au Mur des Lamentations

Jérusalem Le président brésilien est le premier chef d'Etat à se rendre, au côté d'un Premier ministre israélien, sur le site sacré du judaïsme situé à Jérusalem. Plus...

Les Brésiliens défilent contre la dictature

Amérique latine Des milliers de Brésiliens ont manifesté dimanche pour le 55e anniversaire du coup d'Etat militaire, célébré par le président Bolsonaro. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...