Bolsonaro ne parlera plus à la presse

BrésilCritiqué pour son agressivité envers les médias, le président brésilien a décidé qu'il ne donnera plus d'interviews.

Jair Bolsonaro a également annulé les abonnements à une dizaine de grands quotidiens et de revues brésiliens du Palais présidentiel du Planalto.

Jair Bolsonaro a également annulé les abonnements à une dizaine de grands quotidiens et de revues brésiliens du Palais présidentiel du Planalto. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président brésilien Jair Bolsonaro a affirmé mercredi qu'il ne parlerait plus aux médias pour éviter d'être critiqué en raison de son agressivité envers les journalistes.

«Je voudrais bien vous parler, mais l'Association nationale des journalistes dit que quand je parle, je vous agresse. Comme je suis un homme de paix, je ne donnerai plus d'interviews», a déclaré le chef de l'Etat à la sortie de sa résidence officielle à Brasilia.

Depuis le début de son mandat, en janvier 2019, Jair Bolsonaro, 64 ans, a pris l'habitude d'aller à la rencontre de sympathisants chaque matin à la sortie du Palais de l'Alvorada et de répondre aux questions de la presse. Ce rendez-vous quotidien était presque devenu une attraction touristique dans la capitale brésilienne.

Liberté de la presse en recul

D'après le rapport annuel de la Fédération nationale des journalistes (Fenaj) publié la semaine dernière, «l'arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro à la présidence a affecté de façon significative la liberté de la presse au Brésil».

Ce rapport a notamment recensé 208 attaques physiques ou verbales contre des médias ou des journalistes en 2019, une augmentation de 54% par rapport à 2018.

Jair Bolsonaro est à lui seul l'auteur de plus de la moitié de ces agressions (58%). Lors de l'un de ses échanges avec la presse devant sa résidence en décembre, le président avait interpellé un journaliste qui l'interrogeait sur l'enquête pour corruption dont fait l'objet son fils, le sénateur Flavio Bolsonaro, lui lançant : «Tu as une tête terrible d'homosexuel!».

Le 6 janvier, il avait affirmé que les journalistes étaient «une espèce en voie de disparition». Jair Bolsonaro a également annulé récemment les abonnements à une dizaine de grands quotidiens et de revues brésiliens du Palais présidentiel du Planalto. «Ceux qui veulent les lire iront les acheter, parce que lire le journal, ça empoisonne», a-t-il dit. (afp/nxp)

Créé: 22.01.2020, 18h05

regain de popularité de Bolsonaro

Le président brésilien Jair Bolsonaro a vu sa cote de popularité remonter à 47,8%, contre 41% en août, selon un sondage rendu public mercredi par l'institut MDA, pour la Confédération nationale des Transports (CNT).

Arrivé au pouvoir il y a un an, Jair Bolsonaro reste toutefois loin des 57,5% d'opinions favorables qu'il atteignait en février 2019, un mois après son investiture.

Articles en relation

Les indigènes s'unissent contre Bolsonaro

Brésil Les leaders amazoniens se sont réunis afin de dénoncer la politique du gouvernement, qui veut autoriser les activités minières sur leurs terres. Plus...

Un proche de Bolsonaro paraphrase Goebbels

Brésil Le secrétaire à la Culture brésilien a démissionné suite à un discours reprenant des propos du chef de la propagande nazie. Plus...

Bolsonaro ne viendra finalement pas à Davos

Brésil Le président brésilien n'a pas précisé la raison de cette annulation de dernière minute au Forum économique mondial. Plus...

Nouveau problème à l'abdomen pour Bolsonaro

Brésil Le président brésilien souffre d'une hernie abdominale, qui aurait été favorisée par l'attaque à l'arme blanche dont il avait été victime en 2018. Plus...

Enquête très gênante pour le clan Bolsonaro

Brésil Flavio Bolsonaro, fils aîné du président, est sous enquête pour détournement et blanchiment d’argent public. Une pratique qui pourrait concerner d’autres membres de la famille Bolsonaro, pourtant élue pour sa supposée probité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.