Bolsonaro résolu à agir contre Cuba et Caracas

BrésilLe président élu brésilien s'est dit mardi déterminé à agir «dans le cadre de la loi» contre Cuba et contre le Venezuela.

Jair Bolsonaro, à droite, le 10 décembre 2018.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président élu brésilien Jair Bolsonaro a annoncé mardi que son gouvernement fera tout son possible «dans le cadre de la loi, de la démocratie» contre les gouvernements cubain et vénézuélien. «Tout ce que nous pouvons faire dans le cadre de la loi, de la démocratie, contre ces pays (Cuba et le Venezuela, ndlr), nous le ferons», a déclaré M. Bolsonaro lors d'une diffusion en direct sur le réseau social Facebook.

L'ancien militaire âgé de 63 ans, qui ne dissimule pas son aversion pour les gouvernements de gauche, a répété que «ni le dictateur cubain» Miguel Diaz-Canel «ni le dictateur vénézuélien» Nicolas Maduro n'ont été invités à sa cérémonie d'investiture qui aura lieu le 1er janvier à Brasilia.

«Après tout, c'est une célébration de la démocratie. Là-bas, les élections n'existent pas, et lorsqu'il y en a, elles sont soupçonnées de fraude, alors cela ne nous intéresse pas», a précisé le futur chef de l'Etat. Le meilleur moyen de soutenir le peuple vénézuélien est de ne pas inviter monsieur Nicolas Maduro», a-t-il ajouté.

Migrations

Pendant sa campagne électorale, M. Bolsonaro avait estimé que le Brésil risquait de prendre la même direction que le Venezuela si son adversaire du Parti des travailleurs (gauche) Fernando Haddad remportait l'élection présidentielle. Un jour après sa victoire, le président élu avait néanmoins exclu toute intervention militaire au Venezuela malgré les «sérieuses difficultés» causées par la «dictature» de M. Maduro. Le Brésil, comme les autres pays partageant une frontière avec le Venezuela, a vu l'arrivée de nombreux migrants en provenance de ce pays.

Lors de la diffusion en direct, M. Bolsonaro a répété que le futur gouvernement brésilien va «dénoncer et révoquer» le Pacte mondial sur les migrations de l'ONU, signé la semaine dernière à Marrakech (Maroc) par près de 160 pays, dont le gouvernement actuel du Brésil.

«Malheureusement, le Brésil, avec le chancelier actuel (Aloysio Nunes, ndlr), a signé le pacte. Nous ne sommes pas contre les immigrants, mais nous devons avoir des critères très rigoureux pour entrer au Brésil. Nous allons dénoncer et révoquer ce pacte sur l'immigration», a-t-il dit. (afp/nxp)

Créé: 19.12.2018, 03h40

Galerie photo

Brésil: en image les candidats à la présidentielle 2018

Brésil: en image les candidats à la présidentielle 2018 Les Brésiliens désignent leur président qui est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, les 7 et 20 octobre. Petit tour de table de présentation des candidats.

Articles en relation

Bolsonaro veut exploiter une réserve indigène

Brésil Le président élu brésilien a promis lundi d'exploiter les ressources naturelles d'une gigantesque réserve indigène. Plus...

Le député Bolsonaro, fils de, veut rétablir la peine de mort

Brésil Le député Eduardo Bolsonaro, fils du président élu d'extrême droite Jair Bolsonaro, a déclaré» être en faveur d'un référendum sur le rétablissement de la peine capitale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.