Passer au contenu principal

Les bombes de Daech sont fabriquées avec des composants peu surveillés

Des transistors fabriqués par STMicroelectronics, une société basée à Plan-les-Ouates (GE), ont été trouvés en Irak. Comment est-ce possible?

A Genève, le siège de la société franco-italienne STMicroelectronics. (Photo d'illustration)
A Genève, le siège de la société franco-italienne STMicroelectronics. (Photo d'illustration)

STMicroelectronics, une société franco-italienne dont le siège opérationnel est à Genève, fait partie de la cinquantaine d’entreprises de vingt pays dont les composants ont été retrouvés dans les résidus de bombes du groupe Etat islamique (Daech) en Syrie et en Irak. Le rapport publié jeudi par l’organisation Conflict Armament Research (CAR), commandé par l’Union européenne, montre des images de transistors fabriqués par la société établie à Plan-les-Ouates et retrouvés sur des bombes du groupe Etat islamique en Irak entre octobre 2014 et avril 2015. Les transistors sont de petits composants électroniques trouvés à l’intérieur des appareils.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.