Bono défendait Suu Kyi, il appelle à sa démission

Crise des RohingyasLe leader du groupe de rock irlandais U2 qui avait pris la défense d'Aung San Suu Kyi lorsqu'elle était assignée à résidence par la junte birmane, appelle désormais à sa démission.

Le chanteur Bono avec la politicienne birmane le 18 juin 2012.

Le chanteur Bono avec la politicienne birmane le 18 juin 2012. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le chanteur qui avait mis Aung San Suu Kyi à l'honneur dans la chanson «Walk On», incitant ses fans à porter des masques de l'ancienne prix Nobel de la Paix en concert, s'est dit «écœuré» par les images des Rohingyas, une minorité musulmane persécutée en Birmanie et dont plus de 655.000 membres ont fui vers le Bangladesh depuis fin août.

L'armée birmane mène une opération militaire décrite par l'ONU comme une «épuration ethnique» dans l'Etat Rakhine (ouest), poussant à l'exode les membres de la plus grande population apatride du monde.

«Je me suis réellement senti malade, parce que je n'arrive pas à croire tout ce que les faits révèlent. Mais il y a un nettoyage ethnique», s'est alarmé Bono dans le dernier numéro de Rolling Stone magazine.

«C'est vraiment en train de se produire et elle doit démissionner parce qu'elle sait que c'est en train de se produire», a-t-il ajouté.

Aung San Suu Kyi est arrivée au pouvoir en 2016 et dirige de facto le premier gouvernement civil birman depuis des décennies. Jadis révérée à l'international, elle est désormais critiquée pour son peu d'empathie supposé pour le sort des Rohingyas.

Elle doit cependant composer avec une armée qui reste très puissante, malgré l'autodissolution de la junte en 2011, et une opinion publique largement xénophobe et hostile aux musulmans.

«Elle devrait, à tout le moins, s'exprimer davantage. Et si les gens n'écoutent pas, alors elle devrait démissionner», a insisté Bono dans son interview avec le fondateur du magazine Jann Wenner.

«Peut-être qu'elle ne veut pas que le pays retombe aux mains des militaires. Mais c'est déjà le cas de toute manière si l'on en croit les photos», s'est désolé Bono.

Médecins sans frontières (MSF) a estimé qu'au moins 6700 Rohingyas avaient été tués entre fin août et fin septembre dans l'Etat Rakhine. (afp/nxp)

Créé: 28.12.2017, 20h53

Galerie photo

La crise des Rohingyas en Birmanie en images

La crise des Rohingyas en Birmanie en images Près de 380'000 Rohingyas, minorité musulmane en Birmanie, ont fui au Bangladesh depuis une nouvelle flambée de violence en août 2017, selon l'ONU. Les tensions entre cette communauté et les bouddhistes empoisonnent la région depuis des décennies.

Articles en relation

Rohingyas: résolution de l'ONU adoptée

Birmanie L'ONU a exhorté dimanche la Birmanie à mettre fin à son opération militaire contre la minorité musulmane persécutée. Plus...

Enfants rohingyas atteints de malnutrition aiguë

Birmanie Selon une enquête de l'UNICEF, les enfants rohingyas réfugiés au Bangladesh sont exposés à de nombreuses maladies. Plus...

Une carte d'identité pour les Rohingyas

Birmanie Les réfugiés rohingyas qui ont fui les violences en Birmanie vont recevoir des cartes d'identité numériques utilisant la technologie «blockchain». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Macron et la France bloquée. Paru le 21 avril 2018.
(Image: Valott) Plus...