Boris Johnson convoqué pour «mensonges»

Royaume-UniLa justice a demandé à entendre Boris Johnson, accusé d'avoir menti sur le montant de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Brexit: du référendum au report.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un tribunal londonien a décidé mercredi de convoquer l'ex-ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, candidat au poste de Premier ministre, accusé d'avoir menti sur le coût de l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne lors de la campagne pour le référendum de 2016 sur le Brexit.

Boris Johnson devra se présenter devant le tribunal pour une audience préliminaire qui déterminera si l'affaire doit être ensuite renvoyée devant une autre cour pour être jugée, a décidé le tribunal, sans donner de date. Son intervention dans la campagne du référendum avait été décisive pour la victoire du Brexit en 2016, avec 52% des voix.

«La démocratie exige un leadership responsable»

Les accusations contre Boris Johnson viennent de l'homme d'affaires Marcus Ball. Selon ses avocats, le fervent défenseur du Brexit a sciemment menti, alors qu'il était maire de Londres, en prétendant que le Royaume-Uni versait 350 millions de livres (400 millions d'euros) par semaine à Bruxelles. Ils veulent le poursuivre pour faute grave dans l'exercice de ses fonctions.

«La démocratie exige un leadership responsable et honnête de la part de personnes occupant des fonctions publiques», a plaidé jeudi dernier l'avocat Lewis Power devant le tribunal de Westminster. «Le Royaume-Uni n'a jamais envoyé ou donné 350 millions de livres par semaine», a-t-il pointé. Boris Johnson «savait que ce chiffre était faux. Néanmoins, il a choisi de le répéter, encore et encore», a-t-il relevé.

«L'accusation ne porte pas sur le Brexit», a assuré l'avocat, se défendant de vouloir entraver le divorce du pays avec l'Union européenne, «mais c'est lors du référendum sur le Brexit que Boris Johnson a choisi d'induire le public en erreur».

Grand favori

Des accusations que rejette l'homme politique. Pour son avocat Adrian Darbishire, le chef d'accusation est inapproprié et la manoeuvre surtout «politique».

Habile et charismatique, «BoJo» est le grand favori chez les militants de base du parti conservateur pour succéder à la Première ministre britannique Theresa May, qui démissionnera le 7 juin prochain. Mais il est moins populaire auprès de ses pairs qui lui reprochent ses nombreuses gaffes et un certain dilettantisme. (afp/nxp)

Créé: 29.05.2019, 12h35

Galerie photo

Le Royaume-Uni prépare le Brexit

Le Royaume-Uni prépare le Brexit Le Royaume-Uni se prépare à une sortie sans accord de l'Union Européenne, qui doit intervenir le 31 octobre 2019.

Articles en relation

Européennes: l'hypothèse du «no deal» renforcée

Royaume-Uni Au Royaume-Uni, la victoire du Parti du Brexit de Nigel Farage (31,6% des voix) devrait favoriser un Brexit dur. Plus...

Terrassée par le Brexit, Theresa May démissionne

Royaume-Uni Theresa May, usée par l'inextricable casse-tête du Brexit, annonce sa démission ce vendredi matin. Elle quittera le 10, Downing Street le 7 juin. Plus...

Le Brexit a assombri les relations Suisse-UE

Elections européennes Avec l'élection du nouveau parlement européen, le mandat de la Commission européenne approche également de son terme. Son président Jean-Claude Juncker s'en va le 31 octobre. Plus...

Brexit: Theresa May tente de sauver son plan

Royaume-Uni Le plan présenté par Theresa May n'a convaincu ni sa majorité ni l'opposition. Dans ce contexte, le scrutin européen de jeudi s'annonce comme un jeu de massacre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.