Une bousculade dans une école tue 13 enfants

KenyaPrès de treize enfants sont morts dans un mouvement de panique survenu au sein d'une école de Kakamega (Kenya), tandis que 39 d'entre-eux ont été blessés.

Image: Image prétexte /AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au moins treize enfants sont morts piétinés et au moins 39 ont été blessés lundi au cours d'une bousculade dans une école primaire de Kakamega, dans l'ouest du Kenya, a annoncé la police locale. La cause précise du drame est pour l'heure inconnue.

«Nous avons perdu 13 enfants dans cette bousculade et d'autres sont à l'hôpital en raison de blessures», a déclaré à la presse David Kabena, chef de la police de Kakamega, présent sur les lieux du drame. «Nous avons ouvert une enquête pour établir ce qui s'est passé exactement».

La Croix-Rouge kényane a pour sa part assuré sur Twitter que 39 enfants blessés avaient été admis à l'hôpital général de Kakamega. L'organisation Saint-Jean Ambulance, qui fournit des services de secourisme, a évoqué sur Twitter 14 enfants décédés et plus de 50 blessés, dont deux soignés au service des soins intensifs et 37 ayant déjà pu quitter l'hôpital.

Mouvement de panique

L'accident s'est déroulé vers 17h00 (15h00 en Suisse), au moment où les élèves de l'école primaire de Kakamega quittaient l'établissement. Un mouvement de panique a eu lieu, pour une raison inconnue.

Des images diffusées par les médias locaux montrent des parents rassemblés devant les services d'urgence d'un hôpital de la ville, dans l'attente de nouvelles de leurs enfants. «Nous sommes abattus par la tragédie qui a touché l'école primaire de Kakamega ce soir», a réagi le vice-président du Kenya, William Ruto. «Nos prières, notre amour et nos pensées vont aux familles et aux proches des victimes de cette tragédie».

Lié à une punition?

Une mère d'élève interrogée par un média local a pour sa part accusé les enseignants d'être à l'origine du mouvement de panique. «Ceux qui ont survécu ont dit qu'ils couraient parce qu'il y avait des professeurs qui les battaient (en guise de punition), c'est pour cela qu'ils s'échappaient et sont tombés l'un sur l'autre».

Au Kenya, les punitions corporelles sont interdites. La mère d'élève a précisé que les enfants concernés étaient principalement en «classe 5», âgés de 10 à 12 ans. L'école n'a pas réagi dans l'immédiat à ces accusations. L'accès à l'établissement a été bouclé par la police, qui a recueilli les dépositions du personnel enseignant présent sur place.

La Croix-Rouge kényane a fait état d'une «bousculade mortelle à l'école primaire de Kakamega», ajoutant qu'une cellule de soutien psychologique a été mise en place, ainsi qu'un service permettant aux proches de localiser les enfants, dont ils sont sans nouvelles.

En 2016, l'incendie d'un dortoir d'un lycée pour filles dans le bidonville de Kibera, à Nairobi, avait entraîné la mort de neuf lycéennes. (ats/nxp)

Créé: 03.02.2020, 21h59

Articles en relation

Une salle de classe s'effondre, 7 morts

Kenya Sept enfants ont été tués et plusieurs autres blessés dans l'effondrement de leur salle de classe lundi matin à Nairobi, ont déclaré les secours. Plus...

Des glissements de terrain font au moins 29 morts

Afrique de l'Est Des habitations ont été emportées dans la nuit de vendredi à samedi par les pluies torrentielles qui se sont abattues au Kenya et en Tanzanie voisine. Plus...

Simonetta Sommaruga s'envolera au Kenya

Diplomatie La socialiste ira défendre à Nairobi des mesures écologiques devant une Assemblée de l'ONU pour l'environnement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.