Brexit: Barnier exhorte Londres à «bouger»

Royaume-UniMichel Barnier a une nouvelle fois prévenu que l'accord de retrait négocié pendant près de 18 mois n'était «pas ouvert à une renégociation».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le négociateur en chef de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier, a appelé lundi à du «mouvement» côté britannique pour éloigner le spectre d'un divorce sans accord. Il a qualifié à ce titre d'«intéressante» la position de l'opposition travailliste.

«Il faut que quelque chose bouge du côté britannique, c'est la clarté ou le mouvement qui doit avoir lieu au Royaume-Uni», a exhorté M. Barnier. Il s'exprimait devant la presse à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel.

A 46 jours de la date prévue du Brexit, le Français devait rencontrer lundi soir à Bruxelles le ministre britannique chargé du Brexit Stephen Barclay pour de «nouvelles discussions», après que le parlement britannique a rejeté mi-janvier l'accord scellé entre Mme May et l'UE. "Il est clair de notre côté que nous n'allons pas rouvrir l'accord de retrait, mais nous allons poursuivre nos discussions dans les jours à venir", a affirmé le Français à l'issue de cette rencontre. Il a évoqué des échanges "constructifs".

Position travailliste «intéressante»

Bien que soucieux que Mme May puisse obtenir une majorité parlementaire, M. Barnier a une nouvelle fois prévenu que l'accord de retrait négocié pendant près de 18 mois n'était «pas ouvert à une renégociation». Il a toutefois rappelé que l'UE était prête à des modifications de la «déclaration politique» qui accompagnera le traité de retrait du Royaume-Uni.

Le négociateur européen a notamment qualifié d'«intéressante» une lettre envoyée par le chef de l'opposition travailliste à la Première ministre britannique Theresa May. Jeremy Corbyn y indique que son parti soutiendrait l'accord de divorce sous certaines conditions, notamment que le pays reste dans l'union douanière.

Le Premier ministre luxembourgeois a lui aussi renvoyé Londres à ses responsabilités. «Aujourd'hui, pour résumer, le discours des Brexiters, c'est: Non, non, non», a dit M. Bettel, déplorant que «ces mêmes protagonistes» n'aient «pas le courage de se soumettre au suffrage du peuple». (ats/nxp)

Créé: 11.02.2019, 22h34

La croissance britannique dans le dur avant le Brexit

La croissance britannique a drastiquement ralenti à 1,4% en 2018, au plus bas depuis six ans, pâtissant des incertitudes liées au Brexit qui assombrissent les perspectives pour 2019.

À moins de deux mois d'une sortie de l'Union européenne à hauts risques, les chiffres de l'Office des statistiques nationales publiés lundi ont fait l'effet d'une douche froide.

Le trou d'air a été particulièrement prononcé en décembre, et ce dans tous les secteurs (construction, production industrielle et services).

Au final, la croissance annuelle a été la plus faible depuis 2012 et le pays n'aborde pas dans les meilleures conditions économiques son départ de l'UE, prévu le 29 mars.

Articles en relation

600'000 emplois menacés par un «Brexit dur»

Divorce avec l'UE La baisse des importations en provenance de l'UE en cas de «Brexit dur» menacerait à elle-seule plus d'un demi-million de jobs dans le monde. Plus...

Après Brexit: Londres et Berne signent un accord

Commerce Le ministre de l'économie Guy Parmelin et le ministre anglais du commerce extérieur, Liam Fox, ont signé lundi à Berne un accord bilatéral sur le commerce. Plus...

Theresa May veut plus de temps pour renégocier

Royaume-Uni Le gouvernement britannique va tenter d'obtenir un délai auprès des députés pour négocier à Bruxelles un nouvel accord de Brexit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...