Brexit: le Parlement votera sur l'accord en janvier

Royaume-UniLe vote sur l'accord de divorce avec l'UE se tiendra après la reprise parlementaire, prévue le 7 janvier, et avant la date butoir du 21 janvier précédemment fixée par l'exécutif.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Parlement britannique se prononcera sur l'accord de Brexit conclu par Theresa May avec l'Union européenne en janvier, après le report du vote qui était prévu cette semaine, a annoncé jeudi le gouvernement.

Le vote se tiendra donc après la reprise parlementaire, prévue le 7 janvier, et avant la date butoir du 21 janvier précédemment fixée par l'exécutif.

Plusieurs députés demandaient à ce que cet accord puisse être voté la semaine prochaine, avant la pause parlementaire pour les fêtes de fin d'année à partir du 21 décembre, mais le point ne figure pas à l'agenda publié sur Twitter par la ministre chargée des Relations avec le Parlement, Andrea Leadsom.

Un accord vilipendé

Face à la perspective d'un cuisant échec, la Première ministre conservatrice Theresa May avait annoncé lundi, à la dernière minute, le report du vote sur l'accord prévu le lendemain devant la chambre des Communes, vent debout contre le texte. Elle avait promis de le soumettre à nouveau aux députés avant le 21 janvier.

L'accord de Brexit est vilipendé tant par les «Brexiters» craignant un arrimage permanent du Royaume-Uni à l'UE que par les europhiles espérant encore pouvoir faire marche arrière. La Première ministre britannique Theresa May a assuré aux 27 de l'UE jeudi soir que l'accord de Brexit pourrait être voté par son parlement si elle obtient des assurances que le Royaume-Uni ne sera pas arrimé indéfiniment au bloc européen. «Aussi, avec les bonnes assurances, cet accord peut être voté. C'est le seul accord qui peut être accepté par mon parlement», a-t-elle ajouté à l'adresse des 27 chefs d'Etat et de gouvernement.

Mme May, qui vient de réchapper d'un vote de défiance de son propre parti, s'exprimera lundi devant la chambre des Communes après sa participation à un sommet européen jeudi et vendredi où elle tentera désespérément d'arracher aux dirigeants européens des «assurances» sur l'accord de Brexit à même de contenter le Parlement britannique.

Elle souhaite notamment s'assurer du caractère temporaire du «filet de sécurité», une disposition prévoyant en dernier recours le maintien du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE pour éviter le retour d'une frontière dure sur l'île d'Irlande.

Discussions de «dernière minute»

Le président du Conseil européen Donald Tusk va rencontrer jeudi la Première ministre britannique Theresa May juste avant un sommet de l'UE. Ils vont échanger des «discussions de dernière minute», a annoncé le responsable européen sur Twitter. Elle veut obtenir de nouvelles garanties des 27 sur l'accord de retrait, en particulier sur la question de la frontière irlandaise.

La rencontre avec M. Tusk doit avoir lieu avant l'ouverture du sommet. Mme May doit également rencontrer avant l'ouverture du sommet le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, selon les services du Premier ministre.

Pour répondre aux attentes de Mme May, un projet de texte circulant parmi les 27 stipulerait que «le backstop», le filet de sécurité prévu pour empêcher le retour de la frontière entre les deux Irlandes «ne serait mis en place que pour une courte période et seulement pour le strict temps nécessaire», selon une source européenne. «Rien de tout cela n'est nouveau. Il n'y a pas de date pour la fin du backstop», a commenté cette source.

Ce texte de six paragraphes pourrait aussi mentionner que les 27 sont prêts «à examiner si de nouvelles assurances peuvent être fournies» ultérieurement, avec une valeur «juridiquement contraignante». «De telles assurances ne changeraient, ni ne contrediraient l'accord de retrait», endossé lors du précédent sommet du 25 novembre.

«On donne quelque chose à May aujourd'hui et en janvier peut-être plus», a expliqué cette même source. Les responsables européens ont martelé ces derniers jours que l'accord de retrait comme la déclaration politique sur la future relation avec Londres ne seraient pas renégociés. (afp/nxp)

Créé: 13.12.2018, 12h55

Articles en relation

L'UE prête à «aider» May, mais pas à renégocier

Brexit Theresa May va tenter d'obtenir des nouvelles garanties sur le Brexit auprès de Bruxelles, qui exclut une renégociation. Plus...

Merkel ne veut pas revenir sur l'accord du Brexit

Allemagne Après une rencontre avec Theresa May à Berlin, la chancelière allemande a expliqué qu'il n'y avait «pas de possibilités» de changer l'accord sur le Brexit. Plus...

May à Bruxelles mardi pour rencontrer Juncker et Tusk

Brexit La Première ministre britannique doit s'entretenir avec les responsables européens, après que le vote sur l'accord a été reporté au dernier moment la veille. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...