Le Brexit pourrait être repoussé jusqu'en 2020

Royaume-UniTheresa May est venue quémander un nouveau report du Brexit à Paris et à Berlin. La réponse est attendue mercredi lors d'un sommet européen crucial.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Berlin puis à Paris, la Première ministre britannique Theresa May a plaidé pour obtenir mercredi de ses partenaires européens un nouveau report du Brexit. Ni Angela Merkel, ni Donald Tusk ne s'y sont opposés.

Le président du Conseil européen Donald Tusk s'est déjà montré ouvert à cette requête, en plaidant mardi soir auprès des 27 pour un report «flexible» pouvant aller jusqu'à un an «maximum», afin d'éviter le risque d'un divorce sans accord. La chancelière allemande Angela Merkel a jugé de son côté qu'une extension du délai «jusque début 2020» était «possible».

Initialement prévu le 29 mars, le Brexit a déjà été repoussé au vendredi 12 avril. Mais faute d'avoir pu faire adopter par les députés britanniques l'accord de divorce qu'elle a négocié avec Bruxelles, Theresa May veut réclamer un second ajournement du Brexit, jusqu'au 30 juin.

La réponse est attendue mercredi lors d'un sommet européen crucial devant lequel Theresa May exposera son plan aux 27. Ils devront donner leur aval unanime à tout report. L'enjeu est d'éviter vendredi une sortie brutale du Royaume-Uni, un «no deal» aux conséquences économiques potentiellement dévastatrices.

«Un report du Brexit de plusieurs mois est possible, jusque début 2020», a estimé mardi la chancelière allemande Angela Merkel après sa discussion avec Theresa May à Berlin.

Des limites

La durée d'un report «dépend» du plan qu'exposera mercredi Theresa May aux 27, a expliqué mardi le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier à l'issue d'une réunion avec des ministres européens pour préparer le sommet de mercredi. «Le 'no deal' ne sera jamais la décision de l'UE, ce sera toujours la responsabilité du Royaume-Uni de nous dire ce qu'il veut», a-t-il prévenu.

Le sommet de Bruxelles sera précédé par une «réunion de coordination» à l'initiative de la Belgique qui réunira la demi-douzaine de pays qui seraient les plus «directement affectés» par une sortie brutale du Royaume-Uni.

Y participera notamment le président français Emmanuel Macron, qui a reçu Theresa May mardi en fin de journée à Paris pour défendre une position plus intransigeante que celle de Theresa Merkel. Selon l'Elysée, un nouveau délai d'un an «paraît trop long». Paris «n'est pas fermé à construire une autre solution» que celle du «no deal», mais «avec certaines limites et pas à tout prix», a ajouté la présidence française.

Premier refus

Les dirigeants européens avaient refusé en mars d'accorder aux Britanniques un sursis jusqu'au 30 juin, en raison de la tenue des élections européennes du 23 au 26 mai. Le gouvernement britannique a annoncé à contrecœur lundi soir qu'il lançait l'organisation de ce scrutin, après avoir tenté d'éviter d'y participer, près de trois ans après le référendum de juin 2016 qui a décidé la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Londres espère cependant toujours quitter l'UE avec un accord avant le 22 mai, ce qui lui permettrait d'annuler ces élections.

Pourparlers avec l'opposition

Les discussions avec l'opposition travailliste pour tenter de sortir de l'impasse sur le Brexit reprendront après le sommet européen de mercredi, a annoncé mardi le gouvernement britannique. Cette main tendue au Labour a suscité la fureur des conservateurs eurosceptiques, qui craignent que le gouvernement ne s'oriente vers une union douanière avec l'UE.

Prônée par le Labour, elle empêcherait Londres de mener une politique commerciale indépendante après le Brexit.

Pour éviter un «no deal», scénario redouté des milieux économiques, la Chambre des Lords, chambre haute du Parlement, a entériné lundi soir un projet de loi des députés visant à obliger légalement la cheffe du gouvernement à repousser le Brexit. En conséquence, le gouvernement présentera mardi une motion aux députés, précisant que la Première ministre cherchera une extension jusqu'au 30 juin. Les députés voteront sur cette motion et pourront émettre des propositions quant à la durée du report. (afp/nxp)

Créé: 09.04.2019, 21h46

Chine et USA pourraient profiter largement d'un «no deal»

Un Brexit sans accord profiterait largement à la Chine et aux Etats-Unis, tandis que l'UE et certains autres partenaires commerciaux du Royaume-Uni, dont la Turquie, y perdraient gros, a indiqué l'ONU dans un rapport mardi.

Articles en relation

Theresa May vient plaider un nouveau report

Brexit Les Britanniques demandent un second report, jusqu'au 30 juin, avec la possibilité pour le Royaume-Uni de sortir plus tôt si un compromis est trouvé et ne pas organiser les élections européennes du 23 mai. Plus...

Nouvelle semaine décisive pour Theresa May

Brexit À quatre jours du Brexit, la cheffe du gouvernement se débat pour trouver une solution permettant de faire sortir son pays de l'UE. Plus...

May demande un report du Brexit jusqu'au 30 juin

Royaume-Uni La Première ministre britannique a demandé un report du Brexit jusqu'au 30 juin, dans une lettre envoyée vendredi au président du Conseil européen Donald Tusk. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...