Brexit: régler le divorce avant de parler d'avenir

UE-Royaume-UniA Malte, Donald Tusk fixe les priorités politiques de l'Union européenne, ainsi que sa vision du tempo des négociations post-Brexit.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'UE pourra engager des discussions préparatoires sur sa «relation future» avec le Royaume-Uni uniquement quand des «progrès suffisants» auront été faits sur l'accord réglant le divorce. Donald Tusk l'a expliqué lors d'une conférence de presse à la Valette, à Malte.

Et ce contrairement aux souhaits de Londres, a complété le président du Conseil européen.

Les Etats-membres sont prêts à établir lors de ces discussions préliminaires «des dispositions transitoires» pour limiter l'incertitude post-Brexit. Ce projet d'«orientations de négociations» devra ensuite être adopté par les dirigeants des 27 pays fidèles à l'UE lors d'un sommet le 29 avril à Bruxelles.

Le texte présenté par Donald Tusk fixe les priorités politiques de l'Union européenne, ainsi que sa vision du tempo des négociations, qui apparaît comme l'un des premiers sujets de tensions depuis que la Première ministre britannique Theresa May a déclenché mercredi la procédure du Brexit.

Honorer les engagements financiers

Selon le projet, les 27 veulent une «approche échelonnée», mettant l'accent sur la nécessité de se concentrer exclusivement dans un premier temps sur la négociation sur le règlement de l'accord de divorce. Des «discussions préliminaires» sur la «relation future» après le Brexit pourront être engagées «dès que des progrès suffisants auront été faits dans cette première phase pour la conclusion d'un accord satisfaisant sur les modalités d'un retrait ordonné».

L'UE se préparera aussi à l'éventualité d'un échec des négociations, selon le projet d'orientations de négociations.

Le Royaume-Uni devra par ailleurs «honorer» tous ses engagements financiers, a ajouté le président du Conseil européen. (ats/nxp)

Créé: 31.03.2017, 12h11

Pas de marchandage sur la sécurité

Le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson a affirmé vendredi l'engagement «inconditionnel» du Royaume-Uni pour la sécurité de l'Europe. Elle ne saurait faire l'objet d'un «marchandage» dans le cadre des négociations du Brexit.

«Le Royaume-Uni a un engagement pour la sécurité et la défense de l'Europe», a assuré M. Johnson en arrivant à une réunion de l'OTAN à Bruxelles. «C'est inconditionnel et ce n'est pas l'objet d'un marchandage dans les négociations qui ont lieu ailleurs dans cette capitale», a-t-il ajouté en référence aux tractations sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

«Nous promettons un engagement inconditionnel pour la sécurité et à la défense de l'Europe, car nous pensons vraiment qu'il y va de la sécurité et de la prospérité de toute la zone transatlantique», a martelé M. Johnson.

Articles en relation

Brexit: l'UE dévoile son 1er plan de négociations

Diplomatie Donald Tusk, président du Conseil européen, doit présenter vendredi à Malte un projet d'«orientations de négociations» sur le Brexit. Plus...

«Encourager le Texas à quitter les Etats-Unis»

Jean-Claude Juncker Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a ironisé sur les propos de Donald Trump au sujet du Brexit. Plus...

Londres démarre les grands travaux de sortie

Brexit Le Royaume-Uni va devoir négocier le meilleur accord avec l'UE tout en commençant à expurger le droit britannique des lois européennes. Plus...

L'ombre du Brexit plane sur Berne

Immigration de masse Le Brexit est susceptible d'affecter les négociations entre Bruxelles et Berne. Plusieurs scénarios sont à envisager. Plus...

Brexit: «Vous nous manquez déjà», dit Tusk

Royaume-Uni L'ambassadeur britannique Tim Barrow a remis au Conseil européen la lettre de notification déclenchant le Brexit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.