Dans cette brousse, la vie, c’est aujourd’hui

Par monde et par VaudAu nord-ouest de Madagascar, autour de l’ONG vaudoise EcoFormation, il y a 22'000 âmes et l’espoir de réduire la pauvreté en rétablissant la biodiversité.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La vie, son espérance plafonnant autour de 65 ans, son avenir dans un environnement de 121'000 hectares reboisés… elle est au cœur du projet d’EcoFormation. Et plus encore depuis qu’un hôpital de brousse financé par la commune de Montreux a rejoint les infrastructures créées à Bekoratsaka par l’ONG vaudoise. Pourtant, la mort s’y invite. Insoutenable pour des regards extérieurs, affligés par le décès d’un bébé qu’une «matrone» n’a pas vu venir, elle porte l’empreinte de la fatalité dans la famille, soulagée que le chirurgien Dieudonné ait pu sauver la jeune maman.

Mais cette mort rôde aussi dans la nature, dévastatrice, avec une couverture forestière de l’île de Madagascar qui a passé de 87% à 8% en à peine cinquante ans. L’exploitation massive d’espèces endémiques ajoutée aux feux boutés par l’homme en a eu raison, que ce dernier cherche à dissimuler sa fuite après un vol de zébu, à favoriser la repousse d’herbes de pâture ou encore à cultiver du riz. Ancestrale, la pratique de culture sur brûlis est tenace avec, pour la contrer, la formation, devenue une arme aussi capitale que la reforestation.

Alors, en ce jour de juin, la courbe de la solennité est inversement proportionnelle au jour qui tombe: alignés devant Philippe Dubois (lire son portrait ici), l’un des fondateurs de l’ONG, huit jeunes des villages environnants attendent leur certificat de pépiniériste et scellent, dans le même temps, leur chance de prendre leur avenir en main. Les écouter, c’est vérifier que la leçon a bien été apprise. Tous évoquent leur prise de conscience face à l’environnement, tous disent aussi vouloir aider ou créer une micro-entreprise où EcoFormation pourra venir se fournir en plants.

Le début d’une relance économique? Le souffle de l’autonomie? Dans les villages – où la venue de deux vasahas (étrangers) attire à chaque fois autant d’habitants que de sourires – ils sont beaucoup à travailler dans le sillage de l’ONG. La fierté est perceptible comme la peur que tout s’arrête! L’un d’eux risque même ouvertement la question, visiblement inquiet, mais quand on la retourne, dans ce pays où 75% de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté, aucun ne fait de pari sur l’avenir. Le leur. Et encore moins ceux des jeunes générations. La seule valeur mesurable étant celle du présent, ce temps qui passe à trier le riz, à l’apprêter ou à profiter des ressources du puits, témoin d’un va-et-vient incessant. C’est vers lui que vient l’aîné du village, aussi frêle que la branche qui lui sert de bâton. Plus de 100 ans, 110 ans, nous annonce-t-on! Un âge canonique qui sera «négocié» à la baisse dans un éclat de rire général. De cette même allégresse qui nous guide derrière le responsable du recensement vers les pépinières, puis direction le cimetière. Pile au moment où le soleil choisit de rejoindre la ligne d’horizon. Les cornes de zébu distinguant les sépultures les plus importantes se détachent, l’image est photogénique, mais ce sont les mots d’un sage qui restent: «Où va Madagascar? Je ne sais pas. Je ne sais pas la suite. Par contre, c’est de la paix dont a vraiment besoin le pays.»

Créé: 12.08.2018, 08h36

Par monde et par Vaud

41 portraits de Vaudois autour du globe

41 portraits de Vaudois autour du globe La rédaction de «24heures» vous propose un périple haut en couleur à la rencontre de Vaudoises et de Vaudois qui se sont investis loin du pays.

Articles en relation

Yvan Bouvier murmure à l’oreille des singes d'Amazonie

Par Monde et par Vaud (6/41) L’ancien mauvais garçon de Montreux, artisan du fer et champion suisse d’arts martiaux, a créé, en Équateur, un refuge pour les animaux sauvages victimes des hommes. Plus...

Les caboclos, grands oubliés de l’éden amazonien

Par monde et par Vaud À Novo Airão, sur la rive droite du rio Negro brésilien, la population survit dans des conditions souvent précaires, faute de formation et d’emplois fixes. Plus...

Splendeur, déchéance et rédemption d’une tour iconique

Par monde et par Vaud Métaphore de la société sud-africaine, la tour Ponte City symbolise à elle seule les rêves utopistes mais aussi les pires cauchemars de l’histoire contemporaine de Johannesburg. Plus...

Danser avec les Tsiganes à Soroca

Par monde et par Vaud Sur la colline de cette ville moldave, à l’ombre des palais délirants et inachevés des Roms, l’accueil passe par le cœur et le porte-monnaie Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.