Bruits de bottes en Colombie

VenezuelaDes chars colombiens déployés à la frontière avec le Venezuela font craindre une invasion. Le chef de l’État travaille avec l’opposant de Maduro.

À Caracas, samedi, les manifestants antigouvernement demandent la démission du président Maduro. Son opposant Juan Guaido a le soutien de Bogotá.

À Caracas, samedi, les manifestants antigouvernement demandent la démission du président Maduro. Son opposant Juan Guaido a le soutien de Bogotá. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une invasion militaire du Venezuela serait-elle en préparation via la Colombie? Ces derniers jours, Washington et Bogotá semblent entretenir soigneusement le doute. Trois mots griffonnés sur le cahier du conseiller à la sécurité Nationale de Donald Trump ont alimenté les rumeurs. «5000 soldats en Colombie», pouvait-on lire sur les notes de John Bolton, lors de l’annonce des sanctions américaines contre l’entreprise pétrolière vénézuélienne PDVSA. «Toutes les possibilités sont sur la table», a simplement réagi la Maison-Blanche.

En Colombie comme aux États-Unis, l’envoi de troupes à l’étranger demande un feu vert du Congrès difficile à obtenir. Mais ces derniers jours, divers indices ne cessent de faire enfler la rumeur. Un général puis un amiral du commando sud de l’armée américaine ont visité la semaine dernière Bogotá et Cúcuta, le principal point de frontière avec le Venezuela. Des avions militaires américains ont été aperçus sur une base de la capitale. Et à Cúcuta, des chars colombiens ont été déployés. Des visites et exercice «de routine», selon l’armée colombienne. Une explication qui n’a pas fait taire les spéculations.

Bogotá, principal allié de Washington dans la région

La Colombie est le principal allié de Washington dans la région. Depuis la signature en 2000 du Plan Colombie de lutte antidrogue, les États-Unis ont financé l’effort de guerre de Bogotá à hauteur de plus de 10 milliards de dollars. L’aide américaine a permis à l’armée colombienne de se moderniser, mais aussi aux conseillers militaires américains d’être présents dans les bases du pays andin.

Deux mille kilomètres d’une frontière sous tension et deux décennies de gouvernements radicalement opposés séparent la Colombie du Venezuela. Le 23 janvier, Bogotá a été l’un des premiers gouvernements à reconnaître la présidence de Juan Guaido le 23 janvier. Les proches du président Ivan Duque accusent régulièrement le régime de Nicolas Maduro de protéger les guérilleros de l’ELN, l’ennemi public N° 1 depuis la fin des FARC. Selon eux, le Venezuela de Maduro serait au cœur du problème. «Si le problème du Venezuela se résout, c’est un refuge du terrorisme colombien qui disparaît», arguait ce dimanche sur Twitter l’ex-président et chantre de la droite dure Álvaro Uribe, mentor de l’actuel chef de l’État.

Ivan Duque revendique un rôle de leader dans la crise qui secoue la région. «La dictature du Venezuela n’a plus que quelques heures à vivre», lançait-il samedi, sûr de lui. Au pouvoir depuis six mois à peine, le chef de l’État colombien a pris les rênes de l’offensive diplomatique contre Nicolas Maduro, travaillant main dans la main avec l’opposition vénézuélienne.

De son côté, le Venezuela de Maduro dénonce l’imminence d’une attaque militaire. Dans cette éventualité comme pour le futur du régime, la grande inconnue reste la position de l’armée.

Un général d’aviation prête allégeance à Juan Guaido

Le commandement militaire vénézuélien fait toujours bloc autour du régime. Mais quelques défections significatives, comme celle samedi du général d’aviation Francisco Yanez, semblent être le signe d’un ébranlement de ce soutien. Dans les rangs du pouvoir, l’idée d’une défense de la Révolution bolivarienne par des citoyens armés, lancée en son temps par Hugo Chavez, fait son chemin.

Samedi, des dizaines de milliers de manifestants pro et anti-Maduro ont défilé à Caracas. Juan Guaido a annoncé une autre manifestation contre le chef de l’État le 12 février.

En réponse aux notes de John Bolton, le numéro deux du chavisme Diosdado Cabello a rappelé que deux millions de membres des milices bolivariennes, ces civils armés pour défendre le régime, se tenaient «prêts». «Il est probable qu’ils entrent au Venezuela. Le problème sera pour eux d’en sortir. Nous nous convertirons en mille et un Vietnam», a menacé l’homme fort du pouvoir encore en place au Venezuela. La menace d’une invasion militaire américaine, longtemps agitée par Hugo Chavez et ses partisans, est aujourd’hui moins improbable que jamais.

Créé: 04.02.2019, 07h07

Pressions internationales

La proposition du président Nicolas Maduro d’organiser des législatives anticipées «est une farce», a déclaré la ministre française des Affaires européennes, Nathalie Loiseau. Selon elle, Maduro veut ainsi «se débarrasser du président du parlement, M. Guaido» qui est justement soutenu par les manifestants.

L’Autriche a rejoint dimanche six autres pays européens (Allemagne, Espagne, France, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni) qui avaient donné à Nicolas Maduro huit jours pour convoquer une nouvelle élection présidentielle, faute de quoi ils reconnaîtraient son opposant Juan Guaido comme président. Nathalie Loiseau a rappelé que cet ultimatum se terminait dimanche soir.

Dans un entretien diffusé dimanche par CBS, Donald Trump affirme que l’envoi de troupes américaines au Venezuela n’est pas exclu. «C’est certainement une option», dit le président des États-Unis. Il explique avoir décliné une demande d’entretien de son homologue Nicolas Maduro. ATS/S.SO.

Articles en relation

Nouvelle présidentielle: Maduro rejette l'ultimatum

Venezuela Le président contesté du Venezuela a rejeté dimanche l'ultimatum européen pour une nouvelle présidentielle. Plus...

Paris qualifie de «farce» la proposition de Maduro

Venezuela Le président vénézuélien Nicolas Maduro a proposé des législatives anticipées face aux pressions de l'UE et de l'opposition. Plus...

Moscou veut défier Washington au Venezuela

Amérique latine Le Kremlin dénonce «l’ingérence» américaine et dément avoir envoyé ses mercenaires pour soutenir Nicolas Maduro. Plus...

«La solution au Venezuela passe par la fin de l'usurpation»

Le chef de l'opposition et président autoproclamé Juan Guaido affiche sa détermination à renverser la «dictature» de Nicolas Maduro et demande des élections libres. Plus...

Trump met la pression maximum sur Maduro

Venezuela Après avoir reconnu Juan Guaido comme président ad interim, Washington n’écarte aucune option contre le régime de Caracas. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.