«Bruxelles avait-t-elle les moyens d'assurer sa sécurité?»

Attentats à BruxellesL’ex-juge antiterroriste, Alain Marsaud voit dans l’attaque de ce matin le travail d’un commando professionnel. Il interroge la capacité de la Belgique à répondre à la menace. «Une question que l’on doit se poser».

«Les djihadistes veulent-ils faire la démonstration de leur capacité à nous faire peur malgré l’arrestation de l’un des leurs», questionne également Alain Marsaud. La revendication de ces attentats permettra peut-être d'en savoir davantage.

«Les djihadistes veulent-ils faire la démonstration de leur capacité à nous faire peur malgré l’arrestation de l’un des leurs», questionne également Alain Marsaud. La revendication de ces attentats permettra peut-être d'en savoir davantage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ex-juge antiterroriste et député Les Républicains, Alain Marsaud fait partie de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats du 13 novembre à Paris. Il est un spécialiste reconnu, et parfois contesté par son franc-parler, des questions de sécurité liées au terrorisme. Il réagit à chaud aux attaques de ce matin à Bruxelles.

Quelles sont vos premières impressions à la lecture des attentats de ce matin à Bruxelles?

Alain Marsaud: Je les découvre comme vous quasi en temps réel. Mais je constate qu’il restait au moins un commando djihadiste résiduel. Et de toute évidence, il est bien organisé. C’est du costaud, les gars qui ont fait ça travaillent en professionnels. Deux explosions à l’aéroport. Une autre dans le métro. Il faut une multiplicité de personnes et une réelle coordination. Salah Abdeslam avait constitué ou faisait partie d’une cellule plus large.

Peut-on déjà dire que ces attentats sont liés à l’arrestation de Salah Abdeslam?

Il faut attendre la revendication. Il sera intéressant de savoir si elle vient de l’Etat islamique en Syrie- Irak ou si elle émane de Bruxelles. La revendication liera-t-elle ces actions à la capture de Salah Abdeslam? Ce serait, pour les djihadistes, faire la démonstration de leur capacité à nous faire peur malgré l’arrestation de l’un des leurs.

En langage guerrier, Salah Abdeslam n’était donc pas un fuyard mais un djihadiste en position de repli avant de frapper à nouveau?

Je ne peux pas être aussi affirmatif. Mais quand hier encore le ministre des Affaires étrangères belge disait que Salah Abdeslam se préparait à frapper Bruxelles, on constate aujourd’hui qu’il ne se trompait pas. Il ne mentait pas! Il avait des éléments probants qui lui permettaient d’avancer une telle menace.

Vous avez fustigé ce week-end la «naïveté des Belges». Sans polémiquer en ces moments difficiles, pensez-vous que Bruxelles avait pris la mesure de la menace?

Bruxelles est dans une situation très particulière: c’est le siège de l’Union européenne ce qui la rend très difficilement contrôlable. Notamment vis-à-vis des communautés. Il y a, à Bruxelles, les représentants de tous les Etats membres et des délégations du monde entier, qui entretiennent des relations avec l’UE, qui vont et viennent sans cesse. C’est quasi incontrôlable. Bruxelles est un nœud de circulation comme il y en a peu dans le monde. De fait, n’aurait-il pas fallu que Bruxelles délègue la sécurité des institutions de l’UE à des forces européennes. C’est une hypothèse.

Qui est frappé, est-ce la Belgique ou l’Europe?

Les deux évidemment. Mais frapper Bruxelles, c’est frapper l’Europe et nos démocraties. Il faut donc se poser des questions sur nos institutions. La Belgique est un petit état qui a moins de moyens qu’un grand état... Bruxelles a-t-elle les moyens pour assurer sa sécurité? Je ne sais pas. C’est une question que l’on doit se poser, car c’est tout autant Bruxelles que l’UE qui est visé.

Créé: 22.03.2016, 11h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...