«C'est compliqué de repousser les ados qui veulent prendre les armes»

Paroles de rebellesEn Syrie, aux Philippines comme en Birmanie, les rebelles témoignent des difficultés sur le terrain pour ceux qui veulent respecter le droit humanitaire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Syrienne Ghalya Naamat, le Philippin Von Al Haq et le Birman Saw Aung Win Shwe ont participé la semaine dernière à la conférence de groupes rebelles mises sur pied par l'Appel de Genève. Ils témoignent des défis qui attendent les mouvements cherchant à protéger les populations civiles, et en particulier les mineurs.


Ghalya Naamat, porte-parole de la branche féminine de la milice kurde de Syrie (YPJ), dont elle est également ministre adjointe de la Défense:

«C’est après une attaque du front Al-Nosra (ndlr: branche d’Al-Qaida en Syrie) que nous nous sommes organisées en brigades féminines pour se défendre. Au début, nous n’étions pas très fortes, mais on s’est vite rendu compte que les djihadistes de Nosra et de Daech (ndlr: le groupe Etat islamique) nous fuyaient pour ne pas être tués par des femmes. Ils croient que ça les mènera en enfer! Franchement, j’aimerais retourner au front. On m’a nommée porte-parole, mais je trouve ça frustrant. Nous voulons toutes défendre nos gens. C’est pour ça que c’est difficile de faire comprendre aux adolescents pourquoi nous refusons qu’ils s’enrôlent. Et pourquoi il ne faut pas qu’ils aillent proposer leurs bras à d’autres milices!»


Von Al Haq, porte-parole des forces armées du Front islamique de libération Moro (aux Philippines):

«La religion nous oblige à respecter nos engagements. D’ailleurs, tout ce que nous avons signé est parfaitement en accord avec le Coran, qui impose de respecter les enfants et les femmes. Voilà pourquoi nos combattants n’ont eu aucun mal à l’accepter. Par contre, les guérilleros combattant dans des régions reculées n’ont pas toujours reçu une formation. Moi-même, j’ai pris les armes quand j’avais 16 ans. Enfants et femmes se joignaient à la révolution. Ce n’est que plus tard que des lignes de conduite ont été édictées. Je vous assure que notre chaîne de commandement les fait respecter.»


Saw Aung Win Shwe, ministre des Affaires étrangères de l’Union nationale Karen (minorité de Birmanie):

«Je viens d’un village très reculé. J’ai grandi sans mon père, qui était à la guerre. Nous devions nous déplacer tout le temps, je n’ai pas pu aller à l’école. J’ai vu beaucoup d’atrocités commises par les soldats birmans sur des enfants et des vieillards. On nous accuse souvent d’utiliser des enfants soldats, mais ce n’est pas vrai. Comme nos camps sont proches des villages, nous recueillons beaucoup d’orphelins venus réclamer de l’aide. Nous les mettons à l’école. C’est important que des gens de l’Appel de Genève viennent vérifier par eux-mêmes. Et puis c’est vrai qu’il y a des cas d’adolescents qui rejoignent nos forces… C’est vraiment compliqué.»

Créé: 26.11.2014, 13h33

Articles en relation

«Etiquetés comme des méchants, ils ont parlé droit humanitaire»

Forces rebelles Interview Septante leaders de 35 mouvements de 14 pays étaient présents à Genève pour une grande réunion. Plus...

Genève réunit les leaders de 35 forces rebelles

Conférence humanitaire Venus de 14 pays en conflit, 70 officiers, chefs politiques ou conseillers légaux, ont échangé leurs expériences. En toute discrétion. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.