Un cadavre piégé tue plus de dix-sept civils

MaliDes engins explosifs dissimulés dans le corps d'un homme abattu ont fait 17 morts et 15 blessés dans le centre du Mali.

Le pays sahélien fait face à une recrudescence de violence depuis plusieurs années.

Le pays sahélien fait face à une recrudescence de violence depuis plusieurs années. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dix-sept civils ont été tués dans l'explosion d'un cadavre piégé dans le centre du Mali, a t-on appris mercredi auprès d'un élu local et d'une source de sécurité, quelques jours après un attentat similaire au Burkina Faso voisin.

«Mardi, dans la commune de Diankabou (centre), dix-sept civils ont été tués par un engin explosif enfoui dans le corps d'un homme abattu», a déclaré à l'AFP un élu local. L'information a été confirmée par une source de sécurité selon laquelle «le cadavre a explosé en tuant dix-sept personnes».

L'attaque de Diankabou a également fait quinze blessés parmi les civils, selon la source locale, un élu régional du centre du Mali.

Méthode djihadiste,

Les parents d'un homme disparu, qui était allé chercher de la nourriture pour son bétail, ont découvert son cadavre dans la commune de Diankabou, a expliqué la source de sécurité.

Ils «ont approché imprudemment le cadavre qui a explosé en tuant dix-sept personnes. Les hommes armés qui ont assassiné l'homme ont mis dans et autour de son corps des explosifs», a indiqué la même source.

«C'est une méthode que les djihadistes utilisent pour avoir le plus grand nombre (de victimes) dans les attentats», a indiqué une autre source de sécurité malienne. Deux militaires avaient été tués le 14 février et six blessés dans le nord du Burkina voisin, lors d'une attaque menée avec un procédé similaire, selon l'état-major général des armées burkinabè.

Violences

C'était apparemment la première fois qu'un corps humain était piégé dans ce pays sahélien pauvre qui fait face depuis plusieurs mois à une explosion de violences attribuées à des groupes djihadistes , dont plusieurs menées à partir du Mali.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes islamistes liés à Al-Qaïda. Ils en ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, qui se poursuit. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène déborde sur les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.

Ces attaques se mêlent souvent à des conflits intercommunautaires, qui ont fait plus de 500 morts parmi les civils dans le centre du Mali en 2018, selon l'ONU. (afp/nxp)

Créé: 27.02.2019, 15h20

Articles en relation

Journalistes tués au Mali: Hollande entendu

Enquête L'ex-président français a été entendu comme témoin par des juges d'instruction en France dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de deux journalistes de RFI en novembre 2013. Plus...

Mort du chef djihadiste Amadou Koufa confirmée

Mali Le décès d'une des figures de proue du mouvement djihadiste malien a été confirmé par l'armée. Plus...

Trentaine de terroristes «mis hors de combat»

Mali L'armée française a mené dans la nuit de jeudi à vendredi une opération dans le centre du Mali. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.