Cahuzac livre sa vérité et ses silences

FranceJérôme Cahuzac s'est appliqué mercredi à dédouaner le gouvernement et le président de la République, en répondant - ou en refusant de répondre -, le ton traînant, à la commission d'enquête parlementaire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mis en examen pour avoir détenu un compte bancaire caché à l'étranger, Jérôme Cahuzac s'est exprimé pendant deux heures dans la salle d'audition, vêtu d'un costume gris, cravate noire, mine sombre.

L'ancien ministre délégué au Budget a prêté serment, à la demande du président de la Commission parlementaire, Charles de Courson. «Je le jure», a-t-il lâché entre ses dents avant de refuser de faire une «déclaration liminaire».

Tour à tour mettant et retirant ses lunettes, prenant des notes, demandant à plusieurs reprises aux députés de ne pas lui demander d'«étaler ses sentiments personnels», l'homme n'a pas hésité à évoquer sa «douleur».

Non-réponses

Mais l'ancien orateur du gouvernement s'est en même temps attaché à parler lentement, en termes choisis, précis, pour accepter ou refuser de donner les détails réclamés par les députés.

Il a notamment décliné les questions directes sur les banques dans lesquelles il avait placé de l'argent à l'étranger, le mécanisme juridique utilisé pour cela, sur les dates de transferts ou encore sur ses voyages en Suisse. A ses yeux, ces questions empiètent «pleinement sur l'information judiciaire en cours» sur son affaire, marquant la limite du travail de la commission parlementaire.

Jérôme Cahuzac a d'ailleurs précisé sèchement aux députés que ses non-réponses ne valaient «pas approbation au libellé des questions».

Interrogé plusieurs fois sur ce que pouvaient savoir tant son ministre de tutelle, Pierre Moscovici, que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault ou le président François Hollande, Jérôme Cahuzac a assuré qu'il n'était pas en position de le savoir puisqu'une «muraille de Chine» avait été érigée autour de lui l'empêchant d'être informé de tout ce qui concernait son affaire.

Deux tabous

«J'ai pu mettre dans mes dénégations une force de conviction qui a dû en convaincre certains, je le crains», a-t-il déclaré, répétant maintes fois leur avoir menti.

Jérôme Cahuzac a insisté sur le fait qu'il n'avait parlé à personne de la demande de renseignements (formulaire 754) que le fisc lui avait envoyée sur d'éventuels comptes à l'étranger.

Mais il s'est refusé à dire s'il s'agissait bien de sa voix sur l'enregistrement au coeur de l'affaire.«Ils m'ont tous jugé par avance»«Il y a deux tabous que je n'ai pas transgressés : je n'ai jamais juré ne pas détenir de compte sur la tête de mes enfants, et deuxième tabou, mentir à l'administration dont j'avais la charge, m'a semblé impossible», a déclaré le ministre pour justifier le fait de n'avoir pas répondu au fisc.

Il a affirmé que Pierre Moscovici ne l'avait pas prévenu de l'envoi d'une demande d'entraide administrative à la Suisse. «J'ai été informé du sens de la réponse, de mémoire, une dizaine ou quinzaine de jours après», a-t-il dit, certifiant qu'il n'était pas à l'origine des fuites qui avaient suivi dans la presse.

Hommage à l'administration fiscale

Il a également assuré n'avoir jamais eu de contact sur cette affaire avec le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, et le Garde des Sceaux, Christiane Taubira.

Il a rendu un hommage appuyé à l'administration fiscale et à son travail dans cette affaire, estimant, contrairement à de nombreux commentaires, notamment dans l'opposition, que «celle-ci ne pouvait poser de meilleure question que celle qu'elle a posée» à Berne.

A propos de son retentissant démenti devant la représentation nationale le 5 décembre, il a expliqué l'avoir prononcé alors qu'il avait «menti au président de la République et au Premier ministre dans les heures qui précédaient».

Les députés souhaitent savoir si l'ancien ministre a pu bénéficier d'éventuelles protections entre la révélation par Mediapart, le 4 décembre, qu'il possédait un compte à l'étranger et ses aveux le 2 avril.

Quelques heures avant son audition, Jérôme Cahuzac avait estimé sur Europe 1 être «le bouc émissaire idéal de toutes les turpitudes politiques».

Refus de répondre

«Ils m'ont tous jugé par avance, même certains qui se disaient mes amis», a-t-il regretté.

Après l'audition, les quelques réactions politiques suscitées par sa prestation étaient plutôt négatives. «C'est l'audition +je réponds si je veux et je vous emmerde+», a twitté le député écologistes Sergio Coronado.

«Il a refusé de répondre à des questions importantes» et «même menti sur un point», à propos de ses relations avec le communicant Stéphane Fouks, a déploré le président de la commission d'enquête après l'audition.

Jérôme Cahuzac a démissionné de son poste le 19 mars, au lendemain de l'ouverture d'une information judiciaire le visant et trois semaines avant de reconnaître finalement disposer de plus de 600'000 euros sur un compte non déclaré à l'étranger.

Cette commission d'une trentaine de députés a ciblé ses investigations sur l'action du gouvernement pendant que Jérôme Cahuzac était à Bercy, s'interrogeant notamment sur l'opportunité de mener une enquête administrative en parallèle de l'enquête judiciaire.

Les commissions d'enquête parlementaires françaises peuvent mettre au jour des informations et, dans de rares cas, saisir la justice. Les témoins qu'elles convoquent sont tenus de se présenter sous peine de sanctions pénales et invités à prêter serment.

Créé: 26.06.2013, 21h41

Articles en relation

Revivez l'audition de Cahuzac suivie en direct

Twitter L'ex-ministre est entendu par la Commission d'enquête parlementaire. Notre correspondant permanent à Paris suit la séance et tweete ses commentaires. Plus...

Jérôme Cahuzac attendu pour une audition choc

France Jérôme Cahuzac est attendu pour une audition devant la commission d'enquête parlementaire mise en place après que l'ex-ministre du Budget a avoué la détention d'un compte bancaire caché à l'étranger. Plus...

Cahuzac aurait monnayé très cher ses confidences

Fraude fiscale La maison d'édition Robert Laffont a annoncé mercredi qu'elle publierait à la rentrée un livre où l'ancien ministre du Budget devrait «balancer du lourd». Plus...

Hollande savait pour le compte en Suisse de Cahuzac

Révélations Le directeur adjoint du cabinet de François Hollande a déclaré mardi que le président français avait été alerté dès le 15 décembre de l'existence d'un enregistrement sur lequel Jérôme Cahuzac affirmait détenir un compte en Suisse. Plus...

Villeneuve-sur-Lot: un député UMP remplacera Cahuzac

Election législative Grâce à l'apport des électeurs de gauche, l'UMP Jean-Louis Costes a remporté dimanche l'élection législative partielle de Villeneuve-sur-Lot aux dépends du candidat du FN. Il prend le siège de Jérôme Cahuzac à l'Assemblée nationale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.