Le califat n'en a plus que pour «quelques jours»

SyrieLe groupe djihadiste Etat islamique est désormais assiégé dans le dernier lambeau de son califat, un quartier du village de Baghouz, aux confins de l'est syrien.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La victoire contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Syrie sera annoncée dans «quelques jours», a affirmé samedi un commandant de l'alliance arabo-kurde. Ses troupes combattent les djihadistes assiégés dans un dernier lambeau de leur «califat».

«Dans un laps de temps très court, qui ne durera pas plus que quelques jours, nous annoncerons officiellement la fin de l'existence de l'EI», a déclaré le commandant de la force arabo-kurde, Jia Furat, sur la base d'Al-Omar, près du front.

Selon ce commandant des Forces démocratiques syriennes (FDS), les djihadistes sont désormais assiégés «dans un quartier (dont la surface) est estimée à 700 mètres de long sur 700 mètres de large», soit un demi kilomètre carré dans le village de Baghouz, aux confins de l'est syrien.

Après sa montée en puissance en 2014, l'EI avait établi un «califat» sur un territoire vaste comme la Grande-Bretagne à cheval sur l'Irak et la Syrie. Les djihadistes y avaient établi leur propre administration, exécutant et torturant ceux qui ne respectaient pas leur loi de fer et fomentant des attentats meurtriers y compris à l'étranger.

«Boucliers humains»

Les FDS et la coalition internationale antijihadistes menée par les Etats-Unis qui les appuie, ont reconnu samedi que la présence de «nombreux civils» ralentit leur progression.

«Des centaines de civils continuent de fuir et ceux qui ont pu s'échapper racontent que l'EI les utilise comme boucliers humains», a affirmé à l'AFP un porte-parole de la coalition antijihadistes, le colonel Sean Ryan, précisant que les frappes aériennes avaient été limitées pour protéger ces civils.

«Le tempo de la bataille ne doit pas être dicté par des impératifs politiques, il faut d'abord protéger les civils et possibles otages», a déclaré à l'AFP Nadim Houry de l'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW).

Depuis le lancement en décembre de l'offensive des FDS, près de 40'000 personnes ont fui la zone des combats.

Etrangers jusqu'au-boutistes

«Il y a une scission entre les combattants djihadistes locaux et étrangers sur le terrain. Les djihadistes locaux veulent abandonner tandis que les étrangers empêchent toute reddition», a indiqué Adnane Afrine, porte-parole des FDS.

Des «Irakiens, des Turcs et des Européens» dont des Français, ainsi que des Egyptiens et des Libyens, sont encore présents dans le réduit, selon M. Afrine.

Même en cas de défaite dans son dernier réduit, l'EI risque par ailleurs d'actionner des cellules dormantes et des djihadistes sont présents dans certains points du désert syrien, mettent en garde des experts. (ats/nxp)

Créé: 16.02.2019, 15h46

Articles en relation

Le retrait américain risque de renforcer ses rivaux

Syrie En se retirant de la Syrie, les Etats-Unis favoriseraient la Russie et l'Iran, ses ennemis jurés. Plus...

Nombreux civils dans le dernier réduit de l'EI

Syrie Le groupe terroriste Etat islamique retenait encore de nombreux civils prisonniers à Baghouz alors que la coalition internationale y lançait une offensive. Plus...

La coalition anti-EI face au départ américain

Syrie La perspective du retrait américain de Syrie est au menu de la réunion de la coalition internationale vendredi à Munich. Plus...

Des réfugiés fuient les combats avec l'EI

Syrie Des centaines de civils essaient d'échapper à l'ultime offensive des forces arabo-kurdes soutenues par Washington contre le dernier bastion de l'Etat islamique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.