Le calvaire de la soldate Savtchenko

Crise ukrainienneLa pilote de l’armée ukrainienne détenue en Russie depuis huit mois entame son 82e jour de grève de la faim.

La pilote de l’armée ukrainienne Nadia Savtchenko se meurt en silence dans les geôles du Kremlin.

La pilote de l’armée ukrainienne Nadia Savtchenko se meurt en silence dans les geôles du Kremlin. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A l’heure des obsèques de l’opposant russe Boris Nemtsov, ardent défenseur de la cause ukrainienne assassiné vendredi soir à Moscou, une autre opposante à la politique de Vladimir Poutine, la pilote de l’armée ukrainienne Nadia Savtchenko, se meurt en silence dans les geôles du Kremlin.

Détenue depuis juillet et en grève de la faim depuis décembre, la jeune femme de 33 ans est accusée par Moscou d’avoir participé à l’assassinat de deux journalistes russes dans l’est de l’Ukraine. Elle encourt jusqu’à 20 ans de prison.

Le 17 juin, le lieutenant Savtchenko, alors en permission, se trouvait dans l’est de l’Ukraine, à Louhansk, avec le bataillon de volontaires Aïdar – «Elle voulait voir de ses propres yeux ce qui se passait», selon son avocat – lorsque les deux reporters de la télévision publique russe ont été fauchés par des tirs de mortier. Capturée le même jour par des séparatistes, elle a été remise trois semaines plus tard aux autorités russes, qui l’accusent aujourd’hui d’avoir fourni la position des journalistes aux tireurs ukrainiens. Or, à l’heure de la mort des reporters, Nadia Savtchenko avait déjà été enlevée par les rebelles, affirment ses avocats.

Depuis le début de cette affaire, les circonstances de cette arrestation et de l’arrivée de la jeune femme en Russie ne sont pas claires. Selon le comité d’enquête de la Fédération de Russie, Savtchenko, venue se battre contre les séparatistes après avoir aidé à cibler les reporters russes, aurait passé la frontière sans papiers d’identité, déguisée en réfugiée. De son côté, la jeune femme, qui clame son innocence, affirme avoir été capturée dans le Donbass puis emmenée en Russie pour être livrée aux autorités avant d’être transférée à Moscou.

Devenue l’emblème de la lutte contre l’envahisseur russe en Ukraine, la jeune femme a été placée en tête de liste du parti Batkivchtchina (Patrie) de l’ex-première ministre Ioulia Timochenko aux législatives d’octobre et élue députée à la Rada, le parlement ukrainien. Au même moment, à Moscou, la soldate Savtchenko, détenue depuis trois mois dans la prison pour femmes No 6 de Petchatniki, était internée à l’Institut Serbsky, un hôpital psychiatrique tristement célèbre pour avoir «traité» un grand nombre de dissidents soviétiques.

En grève de la faim depuis décembre, l’état de santé de la jeune femme ne cesse de se détériorer. «Je poursuivrai ma grève jusqu’à mon retour en Ukraine ou jusqu’à mon dernier jour en Russie», écrivait alors Nadia Savtchenko. Bruxelles et Kiev espéraient sa libération dans le cadre des accords de Minsk 2. En vain.

Créé: 03.03.2015, 19h46

Les obsèques de Nemstov

Des milliers de personnes ont rendu un dernier hommage ce mardi à Moscou à Boris Nemtsov, l’un des opposants les plus virulents au Kremlin qui dénonçait l’emprisonnement de la pilote ukrainienne Nadia Savtchenko. Les ambassadeurs des pays européens et plusieurs personnalités étrangères, ont assisté aux obsèques de ce militant tué par balle vendredi. Mais le président du Sénat polonais, Bogdan Borusewicz et l’eurodéputée lettonne Sandra Kalniete, se sont vu refuser l’entrée en Russie. Un refus aussitôt dénoncé par l’UE, qui a regretté «les raisons apparemment arbitraires» avancées par Moscou.

Articles en relation

La pilote ukrainienne reste dans les geôles du Kremlin

Crise ukrainienne Nadia Savtchenko, pilote et véritable héroine ukrainienne restera en Russie jusqu'à son procès pour complicité d'assassinat de deux journalistes, a assuré Moscou après le sommet de Minsk. Plus...

Des soldats jouaient sur la route d’Ukraine

Football Ils attendaient de perdre la bataille, ils se savaient en danger, tout était possible à tout moment. Mais ils jouaient au football sur la route. Plus...

Debaltseve, la bataille qui peut anéantir la paix

Ukraine L’avenir du pays se joue sans doute dans les féroces combats pour le contrôle de la grande ville stratégique de l’Est. Plus...

Les Européens sceptiques sur une paix durable

Crise en Ukraine Editorial Un accord a été conclu sur un cessez-le-feu et une zone démilitarisée, jeudi à Minsk. Mais Paris et Berlin ne se font «aucune illusion». Les obstacles restent encore très nombreux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.