Un camp de l'armée attaqué par des djihadistes

MaliUn camp de l'armée malienne a été attaqué dimanche à Dioura par un groupe de djihadistes. L'attaque a fait 21 victimes.

Le camp a été attaqué au petit matin.

Le camp a été attaqué au petit matin. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vingt-et-un militaires maliens ont été tués dimanche à l'aube dans une attaque contre leur camp à Dioura, dans le centre du Mali, ont indiqué des sources locales, une opération menée selon Bamako par un «groupe terroriste» dirigé par un déserteur passé dans les rangs djihadistes en 2012.

Situé dans une zone où est active depuis plusieurs années la katiba (cellule combattante) Macina, liée à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), entre la capitale régionale, Mopti, et la frontière mauritanienne, le camp de Dioura a été «attaqué aux environs de 06H00 (locales) par des terroristes», selon l'armée malienne.

Les Forces armées maliennes (FAMa) «enregistrent des dégâts matériels et des pertes en vies humaines», indique l'armée, qui assure avoir repris le contrôle du poste militaire à 16H00 mais ne donne pas de bilan.

Se disant «consterné», le chef de la mission de l'ONU au Mali, Mahammad Saleh Annadif, a condamné une attaque ayant engendré «de lourdes pertes». La Minusma a «organisé dans la journée l'évacuation médicale de plusieurs blessés», selon un communiqué. «21 corps de militaires maliens ont été enterrés dimanche à côté de Dioura», a déclaré à l'AFP un élu local. Le «bilan provisoire est de 21 corps découverts», a confirmé une source militaire malienne.

«Camp détruit, le commandant tué»

L'opposition malienne, réunie au sein du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie, a évoqué un bilan de «plus de 20 FAMas morts, une vingtaine de disparus, un nombre indéterminé de blessés, huit véhicules brûlés, dont des (camions) citernes et huit véhicules équipés d'armes de guerre emportés par les assaillants».

«Le camp militaire détruit. Le commandant de compagnie, le capitaine Mohamed Sidati Ould Cheikh est parmi les militaires tombés sous les feux des terroristes», ajoute l'opposition, évoquant le plus «lourd bilan» depuis la cuisante défaite de l'armée malienne face à des groupes rebelles touareg et arabes à Kidal (nord) en mai 2014.

Selon l'armée, l'attaque de dimanche a été menée par «des groupes terroristes sous le commandement de Ba Ag Moussa», dit Bamoussa, un ex-colonel ayant rejoint les rangs djihadistes en 2012 et considéré comme un proche du Touareg malien Iyad Ag Ghaly, qui dirige la principale alliance djihadiste, du Sahel.

«Toutes nos pensées pour les fiers soldats de l'Armée malienne tombés ce jour à Dioura dans l'accomplissement de leur mission de sécurisation des biens et des personnes face à un ennemi lâche. Le Mali et son Peuple sont unis et déterminés contre ces actes ignominieux», a réagi en fin de journée la présidence malienne, sans donner de bilan, dans un tweet signé «IBK», les initiales du chef de l'Etat, Ibrahim Boubacar Keïta.

Opérations Barkhane et Minusma

En avril 2018, «14 suspects terroristes» arrêtés à Dioura et remis à des militaires maliens avaient été tués «suite à une présumée tentative d'évasion», selon l'armée. Une association peule et des proches avaient dénoncé des «exécutions sommaires».

Malgré la Minusma, une forte présence militaire française et la création de la force militaire régionale G5-Sahel, les violences djihadistes persistent dans le pays, avec 237 attaques recensées en 2018, selon l'ONU.

Les autorités maliennes et les forces internationales espéraient une baisse des violences dans le centre après avoir donné pour mort fin novembre le chef de la katiba Macina, le prédicateur radical peul Amadou Koufa, lui aussi membre de l'alliance d'Iyad Ag Ghaly. Mais l'homme est réapparu récemment sur une vidéo jugée crédible par l'état-major français, et les violences se sont poursuivies dans la région.

Six militaires maliens ont été tués mardi: leurs véhicules ont sauté sur une mine dans la région de Mopti. Deux soldats français de Barkhane avaient été grièvement blessés quelques jours plus tôt dans leur campement temporaire près de la frontière du Niger.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous le contrôle de groupes islamistes liés à Al-Qaïda, qui en ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, et qui se poursuit. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues dans le centre et le Sud et le phénomène déborde sur les pays voisins, le Burkina Faso et le Niger. Ces attaques s'ajoutent à des conflits intercommunautaires qui ont fait plus de 500 morts parmi les civils dans le centre en 2018, selon l'ONU. (afp/nxp)

Créé: 17.03.2019, 22h23

Articles en relation

Deux soldats français blessés dans une attaque

Mali Les troupes françaises stationnées au Mali ont été la cible d'une attaque menée par des terroristes à motos, dimanche. Plus...

Un cadavre piégé tue plus de dix-sept civils

Mali Des engins explosifs dissimulés dans le corps d'un homme abattu ont fait 17 morts et 15 blessés dans le centre du Mali. Plus...

Journalistes tués au Mali: Hollande entendu

Enquête L'ex-président français a été entendu comme témoin par des juges d'instruction en France dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de deux journalistes de RFI en novembre 2013. Plus...

Journalistes tués au Mali: Hollande entendu

Enquête L'ex-président français a été entendu comme témoin par des juges d'instruction en France dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de deux journalistes de RFI en novembre 2013. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.