Campagne Trump: 18 contacts avec la Russie

Etats-Unis Le FBI étudie actuellement ces échanges, qui prennent la forme de conversations téléphoniques ou de courriels.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ex-conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn et d'autres conseillers de la campagne de Donald Trump ont été en contact avec des responsables russes et des personnes jugées proches du Kremlin à au moins 18 reprises entre avril et novembre 2016. C'est ce qu'ont indiqué à l'agence Reuters des responsables américains informés du dossier.

Conversations téléphoniques

Ces contacts, qui ont pris la forme de courriels et de conversations téléphoniques, font désormais partie du dossier qui est examiné par le FBI et par des commissions de la Chambre des représentants et du Sénat enquêtant sur l'ingérence de la Russie dans la campagne présidentielle américaine.

Parmi ces contacts, qui n'avaient pas été révélés auparavant, se trouvent des conversations téléphoniques entre l'ambassadeur de Russie à Washington, Sergueï Kislyak, et des conseillers de Donald Trump, dont Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale contraint à la démission le 13 février.

Selon trois responsables américains, en fonction ou ayant été en fonction, les conversations entre MM. Flynn et Kislyak se sont multipliées après la victoire de Donald Trump le 8 novembre.

Court-circuiter la sécurité nationale

Les deux hommes entendaient établir un canal de communication secret entre Donald Trump et Vladimir Poutine afin de court-circuiter l'administration de la sécurité nationale américaine que les deux présidents considéraient comme hostile à une amélioration des relations entre les Etats-Unis et la Russie, indiquent quatre responsables américains en fonction.

La Maison Blanche a d'abord démenti en janvier tout contact avec des responsables russes au cours de la campagne 2016. Depuis, la position de la présidence a évolué et la Maison Blanche a confirmé quatre rencontres entre M. Kislyak et des conseillers de M. Trump au cours de la campagne.

L'examen du contenu des contacts entre l'équipe de campagne de M. Trump et des représentants russes n'a pas permis d'établir pour l'instant d'infraction, ont indiqué les sources ayant eu accès aux documents. Les 18 contacts (courriels et conversations téléphoniques) ont eu lieu entre avril et novembre 2016 au moment où la Russie était engagée, selon la communauté américaine du renseignement, dans une ingérence dans la campagne présidentielle.

La Russie tentait d'influencer l'issue du scrutin et de favoriser Donald Trump au détriment d'Hillary Clinton, jugée plus hostile aux intérêts russes, a conclu un rapport du renseignement américain en janvier. Les discussions portaient sur une amélioration des relations économiques entre la Russie et les Etats-Unis, compliquées par les sanctions qui visent Moscou depuis l'annexion de la Crimée au printemps 2014.

Identités masquées

Des membres des commissions de la Chambre des représentants et du Sénat se sont rendus au siège de la CIA et de la NSA pour consulter des retranscriptions et d'autres documents concernant les contacts entre les conseillers de la campagne Trump et des responsables russes ou des personnes liées à Poutine, indique une source informée de l'enquête.

Le département de la Justice a annoncé mercredi la désignation de l'ancien directeur du FBI, Robert Mueller, comme procureur spécial pour enquêter sur une éventuelle collusion entre Moscou et la campagne Trump. M. Mueller conduira l'enquête qui a été ouverte sur ce sujet par le FBI en juillet dernier. Donald Trump et ses conseillers démentent toute collusion avec la Russie.

Les spécialistes politiques notent que les contacts avec des responsables étrangers au cours d'une campagne électorale ne sont pas inhabituels. Le nombre recensé entre l'équipe de M. Trump et des responsables russes est toutefois exceptionnel.

Les identités des personnes liées à M. Poutine ayant été en contact avec la campagne de M. Trump ainsi que les conseillers de ce dernier qui sont concernés sont «masquées» dans les rapports du renseignement américain pour des raisons de protection juridique. (ats/nxp)

Créé: 18.05.2017, 12h39

Articles en relation

Procureur spécial dans l'enquête Trump-Russie

Etats-Unis Le département de la justice a nommé un procureur spécial, mercredi, pour enquêter sur l'influence de Moscou sur l'élection. Plus...

La destitution, une décision très politique

Etats-Unis Malgré les affaires récentes, une destitution de Donald Trump reste pour le moment très hypothétique, faute de soutien politique. Plus...

Les déboires de Trump font chuter Wall Street

Bourse de New York La bourse new-yorkaise a terminé mercredi sur sa plus forte baisse depuis l'élection américaine, tout comme le dollar. Plus...

Trump a le droit d'informer Moscou sur l'EI

USA-Russie Le président américain a expliqué sur Twitter pourquoi il avait partagé certaines informations sensibles avec la Russie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.