Une candidature Sarkozy plombée par la nouvelle mise en examen

Affaire BygmalionDécroché dans les sondages de la primaire à droite, le président des Républicains est accusé de financement illégal.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur le chemin d’une candidature à la présidentielle de 2017, les obstacles se multiplient pour Nicolas Sarkozy. Au terme d’une journée entière d’audition dans le bureau du juge Serge Tournaire, ce mardi, l’ancien président de la République a été mis en examen dans l’enquête sur les fausses factures de la société Bygmalion et sur ses comptes de campagne présidentielle de 2012. Un handicap de plus, car cette mise en cause vient s’ajouter à une autre poursuite judiciaire pour corruption et trafic d’influence dans le dossier des écoutes, prononcée en juillet 2014.

L’enquête Bygmalion, du nom de la société qui organisait ses meetings, porte à l’origine sur un vaste système de fausses factures pour cacher une explosion du plafond légal des dépenses pour la présidentielle de 2012, fixé à 22,5 millions d’euros. Ces fausses factures auraient eu pour objet d’imputer à l’UMP – devenue Les Républicains – quelque 18,5 millions d’euros de dépenses qui auraient dû rentrer dans le compte de campagne que le Conseil constitutionnel avait déjà rejeté pour un dépassement de quelques centaines de milliers d’euros. Treize personnes sont poursuivies dans cette affaire. Plusieurs cadres de Bygmalion, le comptable, ainsi que Jérôme

Délit sanctionnable

Lavrilleux, directeur adjoint de campagne, ont reconnu l’existence de la fraude aux fausses factures, mais aucun protagoniste n’a mis en cause Nicolas Sarkozy pour l’avoir décidée ou en avoir eu connaissance. Cependant, le simple dépassement conscient du plafond de dépenses est un délit sanctionnable.

Comme si cela ne suffisait pas, le président des Républicains a dû avaler quelques couleuvres ce week-end. Les candidats déclarés à la primaire, Alain Juppé, François Fillon et Bruno Lemaire, n’ont pas assisté à son discours sur le programme présidentiel du parti, dans lequel aucun ne veut d’ailleurs se reconnaître.

Invité le soir même au journal télévisé de TF1, l’ex-président a dû souffrir la concurrence d’un Jean-François Copé annonçant sa candidature à la primaire au 20 heures de France 2. Ce nouveau challenger chassant sur les mêmes terres électorales d’une droite «qui s’assume» plombe un peu plus celle de Nicolas Sarkozy, alors qu’il est déjà largement distancé dans les sondages par Alain Juppé. Jean-François Copé, lavé de tout soupçon dans l’affaire Bygmalion, après avoir été «accusé» par Sarkozy lors d’une précédente audition par les juges, aurait ainsi pris sa revanche. Quoi qu’il en soit, l’affaire Copé et devenue l’affaire Sarkozy.

L’ex-président est aussi lâché par d’importants soutiens. L’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin s’est ainsi déclaré pour Alain Juppé, ce week-end. Reste pour Nicolas Sarkozy les bonnes ventes de son livre La France pour la vie , écoulé à 70 000 exemplaires. Mais cela suffira-t-il à le consoler?

Créé: 16.02.2016, 21h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.