«Le cas de Julian Assange est un problème»

EquateurLenin Moreno, président equatorien, affirme que l'asile accordé au fondateur de Wikileaks est un tracas majeur.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président équatorien, Lenin Moreno, a déclaré dimanche que l'asile accordé à Julian Assange à l'ambassade d'Equateur à Londres depuis 2012 était un «problème hérité» qui constitue «plus qu'un tracas». «Nous espérons parvenir à court terme à un résultat positif sur ce point, qui, oui, nous cause plus qu'un tracas», a déclaré le chef de l'Etat lors d'une interview à trois chaînes de télévision locales.

M. Moreno a répété que l'Equateur souhaitait obtenir une médiation «de quelqu'un d'important» pour résoudre la question de la situation de Julian Assange, mais il n'a pas précisé qui pourrait à son avis s'impliquer dans une telle médiation.

Asile depuis 2012

Craignant une extradition vers la Suède pour un viol présumé qu'il niait, Julian Assange, un Australien actuellement âgé de 46 ans, a trouvé asile en 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres.

L'Equateur était alors présidé par Rafael Correa, grande figure de la gauche sud-américaine, qui a nargué Washington en donnant l'asile au fondateur de WikiLeaks. Le parquet suédois a depuis classé l'affaire d'accusation de viol. Mais M. Assange craint d'être arrêté s'il sort de l'ambassade d'Equateur puis extradé et jugé aux Etats-Unis pour la publication par WikiLeaks en 2010 de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains.

L'Equateur a annoncé le 11 janvier qu'il avait accordé en décembre à Julian Assange la nationalité équatorienne et que Quito avait demandé à Londres de lui reconnaître un statut diplomatique. Ce statut lui aurait permis de quitter l'ambassade sans être arrêté par la police britannique. Mais le Royaume-Uni a refusé d'accorder ce statut.

La police britannique a précisé qu'elle arrêterait M. Assange s'il sortait de l'ambassade parce qu'en 2012 il n'avait pas respecté les conditions de la liberté sous caution qui lui avait été octroyée.

Des regrets

Le président Moreno a regretté dimanche que Londres n'ait pas accepté la solution du statut diplomatique. «Ça aurait été un bon résultat. Malheureusement, les choses ne se passent pas comme le ministère des Affaires étrangères l'a planifié, et actuellement le problème reste en l'état», a-t-il déclaré.

La ministre équatorienne des Affaires étrangères, Maria Fernanda Espinosa, a confirmé que l'Equateur maintiendrait l'asile accordé à Julian Assange par Rafael Correa, qui est actuellement devenu un ennemi politique de son ancien allié Lenin Moreno. (afp/nxp)

Créé: 22.01.2018, 06h46

Articles en relation

L'Equateur naturalise Julian Assange

Londres Alors que Londres ne veut pas accorder le statut diplomatique à Julian Assange, l'Equateur lui donne la nationalité. Plus...

Julian Assange espère «gagner» d'ici six mois

Justice Le fondateur de WikiLeaks espère gagner sa bataille avec Londres afin de pouvoir quitter l'ambassade d'Equateur sans être arrêté. Plus...

Assange pourra rester à l'ambassade de Londres

Equateur Le nouveau président équatorien, bien que qualifiant Assange de «hackeur», continuera à offrir l'asile au fondateur de WikiLeaks. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.