Passer au contenu principal

ChineCensuré, Winnie l'ourson devient «contenu illégal»

Certaines références à Winnie l'ourson sont bloquées sur les réseaux sociaux en Chine, où le sympathique nounours a par le passé été comparé... au président Xi Jinping.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
AFP

Il restait possible ce lundi d'afficher l'image du gentil ourson un peu pataud sur le réseau social Weibo, l'équivalent chinois de Twitter, ainsi que les caractères «Weini xiao xiong» («Winnie le petit ours» en chinois). Mais tout commentaire était bloqué, avec un message d'erreur avertissant que «ce contenu est illégal».

L'omniprésente messagerie WeChat, très utilisée en Chine, a supprimé l'image de l'ourson dans sa galerie d'autocollants, mais les utilisateurs pouvaient toujours diffuser leurs propres images animées du célèbre personnage créé en Grande-Bretagne dans les années 1920.

«Pauvre petit Winnie. Quel mal a donc fait cet adorable ourson amateur de miel?», s'interrogeait un internaute sur Weibo.

Alors qu'approche le congrès quinquennal automnal du Parti communiste chinois lors duquel le président Xi Jinping devrait obtenir un nouveau mandat à la tête du pays, les censeurs de Pékin sont très vigilants quand il s'agit de protéger l'image du chef de l'Etat.

Les premières comparaisons entre l'ourson rondouillard et le chef de la deuxième puissance économique mondiale ont fait leur apparition en 2013, lorsque des internautes ont superposé une image de Xi Jinping et de l'ancien président américain Barack Obama avec celle de Winnie et de son ami Tigrou, le petit tigre.

L'année suivante, les moqueurs recommençaient avec une photo du président chinois et du Premier ministre japonais Shinzo Abe, comparée à une image de Winnie serrant le sabot de Bourriquet, le petit âne du dessin animé.

En 2015, l'image du président chinois passant les troupes en revue était comparée à celle de l'ourson debout dans une voiture décapotable. L'image est devenue «la photo la plus censurée de l'année en Chine», selon le portail d'analyse politique Global Risk Insights.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.