Des centaines de détenus s'évadent

PapouasiePlus de 250 détenus étaient recherchés mardi, après avoir fui une prison incendiée, en Indonésie.

Le président indonésien a appelé au calme et le gouvernement a promis une enquête sur les incidents.

Le président indonésien a appelé au calme et le gouvernement a promis une enquête sur les incidents. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités indonésiennes recherchaient mardi plus de 250 détenus qui se sont échappés d'une prison incendiée pendant des émeutes la veille dans la province indonésienne de Papouasie, ont indiqué les autorités locales.

Plus de la moitié des quelque 500 détenus de la prison de Sorong en Papouasie se sont échappés à la faveur d'un incendie provoqué par des manifestants qui protestaient contre l'arrestation d'étudiants papous sur l'île de Java.

«258 détenus se sont échappés et cinq seulement se sont rendus ce matin», a indiqué la porte-parole locale du Ministère de la justice, Marlien Lande. Plusieurs employés de la prison ont été blessés par des jets de pierre alors qu'ils tentaient d'empêcher les évasions, a-t-elle précisé.

Appel au calme lancé

Sorong, une ville de 220'000 habitants environ, a été le théâtre de manifestations lundi, ainsi que Manokwari, où le parlement local a été incendié, et d'autres villes de la région. Le calme était revenu dans la plupart des localités de Papouasie mardi, même si un groupe de 500 personnes a à nouveau manifesté à Sorong mardi avant d'être dispersé à coup de gaz lacrymogènes et de canons à eau par la police.

Les émeutes à travers la Papouasie ont été provoquées par des informations sur l'arrestation samedi de 43 étudiants papous pro-indépendantistes par la police à Surabaya, la deuxième ville du pays,, sur l'île de Java.

Selon des militants papous et les médias locaux, la police antiémeute a investi un dortoir pour déloger des étudiants accusés d'avoir détruit un drapeau indonésien. La police a indiqué de son côté avoir appréhendé les étudiants brièvement, les avoir interrogés, puis libérés.

Selon des images diffusées par les télévisions, d'autres manifestations ont suivi à l'occasion desquelles des injures raciales ont été prononcées contre les Papous, déclenchant une vive réaction dans la province la plus à l'est du pays.

Le président indonésien Joko Widodo a appelé au calme et le gouvernement a promis une enquête sur les incidents survenus à Surabaya. Ces émeutes interviennent dans une région marquée par une rébellion indépendantiste sporadique contre le gouvernement indonésien.

Indépendance réclamée

La Papouasie s'est déclarée indépendante en 1961, mais l'Indonésie a pris le contrôle par la force en 1963 de cette région riche en ressources naturelles. Elle a officiellement annexé la Papouasie en 1969.

De nombreux Papous réclament l'indépendance, comme la Papouasie Nouvelle-Guinée, autre moitié de cette grande île, qui l'a obtenue en 1975 après avoir été une colonie australienne. (afp/nxp)

Créé: 20.08.2019, 13h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.