Neuf pays européens en alerte allient leur Renseignement

EuropeAprès les attentats, France et Belgique veulent mieux coordonner les renseignements européens face à la menace djihadiste.

Le Premier ministre français Manuel Valls s'est entretenu le 30 novembre avec son homologue belge Charles Michel pour lancer une initiative visant à faciliter l'échange d'information entre les services de renseignement de neuf pays européens. (Image d'illustration - 25 novembre 2015)

Le Premier ministre français Manuel Valls s'est entretenu le 30 novembre avec son homologue belge Charles Michel pour lancer une initiative visant à faciliter l'échange d'information entre les services de renseignement de neuf pays européens. (Image d'illustration - 25 novembre 2015) Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La France et la Belgique veulent renforcer, après les attentats de Paris, l'échange de renseignements au sein du «groupe des neuf», qui rassemble les neuf pays européens les plus concernés par la menace djihadiste, , a-t-on appris lundi soir de source gouvernementale française.

Le Premier ministre français Manuel Valls et son homologue belge Charles Michel, qui se sont entretenus en marge de l'ouverture de la COP21 lundi à Paris, ont convenu de «lancer une initiative» en ce sens, a-t-on indiqué dans l'entourage de Manuel Valls.

Il s'agirait de «prolonger et compléter, en le formalisant davantage, le travail d'échange de renseignement multilatéral lancé sur la base de neuf pays» de l'Union européenne, selon cette source.

Echanger des fiches

Concrètement, il s'agirait d'«harmoniser» et de «systématiser» les échanges de «fiches S» (les fiches des services intérieurs français sur les individus considérés comme dangereux ou radicalisés) et leurs équivalents dans les autres pays, via le Système d'information Schengen (SIS), a-t-on indiqué à l'AFP.

Selon l'agence de presse Belga, une réunion bilatérale franco-belge pourrait avoir lieu «dans les prochaines semaines». «Aucune date n'a été fixée», indique-t-on de source française.

Le groupe de neuf pays (France, Belgique, Italie, Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas, Espagne, Irlande et Suède) s'étaient notamment réunis, déjà à l'initiative franco-belge, en juin 2014, après l'attentat contre le musée juif de Bruxelles.

Cette attaque avait révélé que l'Allemagne avait signalé à la France le retour de Syrie de Mehdi Nemmouche, l'auteur présumé de cet attentat, mais pas la Belgique, du fait d'un défaut de coopération multilatérale.

A l'issue de cette réunion, une série de dispositions avait été prise sur le suivi et le signalement des ressortissants qui se rendent en Syrie.

Agence européenne ?

Les attentats du 13 novembre, revendiqué par l'organisation Etat islamique (EI), avaient été menés par un groupe essentiellement belge et français, dont un groupe venant de Molenbeek dans la banlieue de Bruxelles, selon l'enquête.

Comme l'attentat de Bruxelles, ces actions au bilan extrêmement lourd (130 morts et plus de 600 blessés) a mis en lumière les faiblesses de la coordination européenne, selon des experts.

A la suite des tueries, la Commission européenne a proposé une agence de renseignement européenne, sorte de FBI de l'UE.

La France a de son côté poussé à un renforcement des contrôles aux frontières de l'Union et à une adoption par le Parlement européen d'un fichier PNR des passagers aériens en Europe. (afp/nxp)

Créé: 01.12.2015, 06h13

Articles en relation

Le comité «Non à l'Etat fouineur» persiste

Référendum Malgré les attentats de Paris, le comité «Non à l'Etat fouineur» ne veut pas de la nouvelle loi sur les renseignements. Plus...

Référendum lancé contre la loi sur le renseignement

«Etat fouineur» La nouvelle loi sur les services de renseignements (LRens) est combattue par un référendum lancé par une alliance emmenée par la Jeunesse socialiste suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.