Charlie Hebdo en public et sous haute sécurité

France La rédaction de l'hebdomadaire satirique français a fait samedi à Strasbourg sa première apparition publique depuis les attentats de 2015.

Première apparition publique collective de Charlie Hebdo à Strasbourg.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Toujours debout, capable de verve et d'autodérision, la rédaction de Charlie Hebdo a pris la parole à Strasbourg samedi, lors d'une rencontre avec le public, inédite depuis l'attentat de 2015. Sous haute sécurité, elle a réaffirmé le rôle de la presse satirique.

Centaines de spectateurs

«Peut-on dessiner Mahomet? Au pays du bretzel, oui!»: avec ce dessin, effectué en direct, où le turban du prophète se transforme en bretzel, la dessinatrice Coco est restée fidèle aux fondamentaux de l'hebdomadaire, mis à la sauce alsacienne. Pour cette première prise de parole collective en public depuis l'attentat, une vingtaine de membres de la rédaction de Charlie Hebdo avait fait le déplacement à Strasbourg.

Tandis que les journalistes de la rédaction débattaient sur la scène de l'Opéra national du Rhin, devant des centaines de spectateurs, lecteurs fidèles ou simples curieux, les dessinateurs faisaient chauffer leurs feutres dans les coulisses et leurs dessins, projetés sur la scène, provoquaient presque à coup sûr l'hilarité de la salle.

Vivant, jeune et renouvelé

Pourtant, entre pied de nez et autodérision, de nombreux dessins faisaient référence au bain de sang du 7 janvier 2015, qui a décimé la rédaction, comme ce gros bonhomme cagoulé, bardé d'explosifs, demandant: «Vous êtes toujours Charlie à Strasbourg?».

Pour assister à cette rencontre ultra-sécurisée, les spectateurs avaient dû se soumettre à des palpations et fouilles des sacs approfondies. De nombreux fourgons de CRS stationnaient près de l'opéra et la rédaction de «Charlie» bénéficiait d'une protection policière tout au long de son passage à Strasbourg.

Malgré ce contexte pesant, «comme vous pouvez le voir, Charlie est vivant, ce n'est quand même pas négligeable, avec une équipe jeune et renouvelée, qui a plein de projets», a dit en ouverture le directeur Riss, accueilli par des applaudissements nourris. Cabu, Charb, Honoré... A la fin des tables rondes, le modérateur a égrené les noms des 12 victimes de l'attentat du 7 janvier, avant de longs applaudissements du public, debout. La table ronde a été suivie par une séance de dédicaces des journalistes et dessinateurs. (ats/nxp)

Créé: 02.11.2019, 19h43

Articles en relation

Riss raconte la tuerie de «Charlie Hebdo»

France Dans «Une minute quarante-neuf secondes», le directeur de «Charlie Hebdo» revient sur la terrible attaque du 7 janvier 2015. Plus...

Quatre ans après «Je suis Charlie» s'est essoufflé

Attentat de Charlie Hebdo Le journal satirique sort ce samedi un numéro «coup de poing» dénonçant le retour des obscurantistes. Plus...

Le djihadiste Peter Cherif retourne en prison

France Le possible commanditaire de l’attentat contre «Charlie Hebdo» a été déféré au Parquet en vue de l'exécution d'une peine prononcée il y a 5 ans et d'une nouvelle mise en examen. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.