La chasse à l'homme se poursuit à Bruxelles

AttentatsTrois nouvelles interpellations ont eu lieu vendredi à Bruxelles, liées à un projet d'attentat déjoué en France.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois nouvelles interpellations ont eu lieu vendredi à Bruxelles, liées à un projet d'attentat déjoué en France. Ces opérations attestent encore un peu plus de l'étroitesse des ramifications entre les djihadistes de Paris et ceux qui ont ensanglanté la capitale belge.

Le parquet fédéral belge a aussi fait savoir que Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats parisiens de novembre, incarcéré depuis une semaine, avait opéré un revirement de stratégie entre samedi et mardi et refusait désormais de coopérer avec les enquêteurs. «Entendu immédiatement» après les attentats de mardi qui ont fait au moins 31 morts «il a refusé de faire la moindre déclaration», a dit le parquet dans un communiqué.

Selon des procès-verbaux de son audition du 19 mars ayant fuité dans des médias français, il a minimisé son rôle le 13 novembre, chargeant son frère Brahim et Abdelhamid Abaaoud, son ami d'enfance qu'il dit à peine connaître.

Deux suspects en fuite

En lien avec une opération menée la veille en région parisienne, les forces de police ont procédé vendredi à deux perquisitions et trois interpellations dans les communes bruxelloises de Forest, Saint-Gilles et Schaerbeek. Dans cette dernière commune, l'intervention a donné lieu à la neutralisation d'objets suspects par les démineurs.

Cela portait à neuf le nombre d'interpellations depuis jeudi soir en région bruxelloise, la justice belge ne faisant toutefois à ce stade aucun recoupement avec les deux suspects encore en fuite des attentats de mardi, apparaissant sur des images de vidéosurveillance mais non identifiés.

En France, le président François Hollande a affirmé que le réseau ayant commis les attentats de Paris et Bruxelles était «en voie d'être anéanti», même si d'«autres réseaux» constituent encore «une menace».

Le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait annoncé jeudi soir la mise «en échec» d'un projet d'attentat «conduit à un stade avancé». L'arrestation près de Paris de Reda Kriket, un ancien braqueur, a conduit à la découverte de fusils d'assaut et d'explosifs dans un appartement d'Argenteuil, près de Paris.

Abaaoud, un rôle clé

Ce Français de 34 ans, ayant résidé dans la capitale belge, avait été condamné en son absence, le 29 juillet 2015 à Bruxelles, à dix ans de prison «du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste et recel», selon des détails dévoilés vendredi en Belgique.

L'un de ses coprévenus dans ce procès d'une filière djihadiste vers la Syrie était Abdelhamid Abaaoud, qui a eu un rôle clé le 13 novembre, membre comme lui de la mouvance «Zerkani» du nom d'un prédicateur bruxellois décrit par la justice comme le «plus grand recruteur» de djihadistes en Belgique.

Les liens apparaissent de plus en plus étroits entre les commandos de Paris et ceux du 22 mars à Bruxelles. L'homme soupçonné d'avoir été l'artificier du 13 novembre, le Bruxellois d'origine marocaine Najim Laachraoui, est avec Ibrahim El Bakraoui un de deux kamikazes de l'aéroport de Zaventem, a confirmé vendredi le parquet fédéral.

Des traces de son ADN ont été retrouvées dans plusieurs planques belges des membres des commandos parisiens, mais aussi «sur un gilet explosif et un morceau de tissu utilisés au Bataclan, et sur un engin explosif du Stade de France», a énuméré le parquet.

Trois ministres s'expliquent

Devant un commission du Parlement, trois ministres belges, Didier Reynders (Affaires étrangères), Koen Geens (Justice) et Jan Jambon (Intérieur) ont dû s'expliquer pendant plusieurs heures sur le cas d'Ibrahim El Bakraoui, ancien condamné qui a échappé à la justice belge après sa remise en liberté sous conditions en 2014.

La Turquie qui l'avait arrêté à l'été 2015 près de la frontière syrienne, puis expulsé dans un avion vers les Pays-Bas, a reproché aux autorités belges d'avoir ignoré son «profil terroriste» et raté son arrestation à son retour.

Le premier ministre Charles Michel a refusé la démission de MM. Jambon et Geens, qui ont reconnu «des erreurs».

Vendredi le secrétaire d'Etat américain John Kerry a apporté son soutien au gouvernement Michel qui a «agi de manière très forte contre le terrorisme» depuis son arrivée au pouvoir à l'automne 2014. «Je suis Bruxellois»... «Ik ben Brussel», a-t-il aussi lancé dans les deux principales langues de Belgique pour témoigner sa solidarité après les attentats.

(ats/nxp)

Créé: 25.03.2016, 20h57

Articles en relation

Salah Abdeslam ne coopère plus avec les enquêteurs

Suivi en direct Trois personnes ont été arrêtées à Bruxelles vendredi. Les opérations étaient en lien avec l'attentat déjoué en France jeudi. Plus...

Les frères El Bakraoui étaient fichés aux USA

Attentats à Bruxelles Les noms des deux kamikazes figuraient dans les fichiers anti-terroristes américains. Plus...

Bruxelles: six arrestations en lien avec les attentats

Post-attentats Six personnes ont été arrêtées jeudi soir dans la capitale belge et dans ses alentours. Plus...

«On fait des cauchemars, c'est difficile»

Passagers exténués Peu à peu, des voyageurs récupèrent leurs effets laissés derrière eux dans la panique et le chaos à Bruxelles. Plus...

Les progrès de l'enquête minute par minute

Attentats de Bruxelles Selon la télévision belge, Salah Abdeslam préparait lui-même un attentat. Il devrait être rapidement transféré à Paris. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.