La chasse à l'ours M49 bat son plein en Italie

FauneLe plantigrade, qui s'est échappé d'un parc en Italie, est activement recherché par les gardes forestiers. Il pourrait être abattu, s'il s'approche trop des zones habitées.

Pour les associations de défense des animaux, l'évasion de l'ours M49 ne justifie en aucun cas une action cruelle à son égard. (Photo d'illustration)

Pour les associations de défense des animaux, l'évasion de l'ours M49 ne justifie en aucun cas une action cruelle à son égard. (Photo d'illustration) Image: DR/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il porte le nom de code M49, a 3 ans et mesure 2 mètres de haut: un ours brun qui s'est échappé lundi d'un parc électrifié du Trentin (nord) est activement recherché par les gardes forestiers qui ont ordre de l'abattre s'il approche des zones habitées.

Le sort de M49 est devenu objet de controverse entre le président de la province du Trentin Maurizio Fugatti, qui plaide pour sa capture, voire son abattage, et les défenseurs de l'environnement et de la cause animale.

«S'il approche de zones habitées, les gardes forestiers sont autorisés à l'abattre», a déclaré Maurizio Fugatti, membre de la Ligue (extrême droite), qui a signé le 1er juillet une ordonnance pour la capture de l'animal.

Une mesure prise en raison de la dangerosité du plantigrade dont une quinzaine d'intrusions dans des zones habitées et presque autant d'attaques sur des animaux d'élevage ont été recensées par les autorités ces derniers mois.

Habitants et éleveurs inquiets

Capturé dimanche et transféré dans le centre de préservation de la faune du Casteller, un vaste parc électrifié au sud de Trente, M49 n'a mis que quelques heures à recouvrer la liberté.

Faisant fi des 7000 volts et des 4 mètres de hauteur de la clôture électrique, il s'en est allé dès l'aube sur les montagnes du massif de Vigolana où plusieurs équipes de gardes forestiers sont actuellement sur ses traces. Mais le fait que son collier GPS lui ait été retiré lors de sa capture complique leur tâche, et inquiète habitants et éleveurs du secteur.

Pour les associations de défense des animaux, l'évasion de l'ours M49 ne justifie en aucun cas une action cruelle à son égard. Elle révèle, en revanche, «une incapacité de la province à gérer la présence de l'ours et sa faillite à garantir sa cohabitation avec l'homme», a déclaré dans un communiqué la Ligue anti-vivisection (Lav).

Un des 50 à 60 spécimens recensés

La Legambiente (Ligue nationale pour l'environnement) a pour sa part jugé «irresponsable» la décision de la province d'enfermer l'ours à Casteller et demande «l'intervention urgente du ministre de l'Environnement», Sergio Costa.

Ce dernier est un allié de poids dans leur combat, puisqu'il avait lui-même contesté au début du mois l'ordonnance de capture et qu'il a qualifié «d'absurde et paradoxale» une éventuelle décision d'abattage.

L'ours M49 est l'un des 50 à 60 spécimens de plantigrades actuellement recensés dans le Trentin. Il fait partie du «Life Ursus», projet de réintroduction de l'animal dans la région lancé en 1999, avec le soutien de l'Union européenne, à partir d'une dizaine d'ours arrivés de Slovénie. (afp/nxp)

Créé: 16.07.2019, 14h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.