Le chef de l'AIEA se rend à Téhéran

IranAlors que Téhéran vient d'annoncer avoir relancé des centrifugeuses avancées, l'Agence de l'énergie atomique débarque en Iran.

Iran: trente ans d'histoire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le directeur général par intérim de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Cornel Feruta, est arrivé à Téhéran dimanche. Des rencontres de haut niveau avec des responsables iraniens sont prévues, a rapporté l'agence semi-officielle Isna.

Cette visite intervient au lendemain de l'annonce par l'Iran de la mise en route de centrifugeuses avancées devant augmenter son stock d'uranium enrichi, troisième étape de la réduction de ses engagements en matière nucléaire pris en 2015 dans le cadre d'un accord international conclu à Vienne.

(Les Etats-Unis rétablissent les sanctions contre l'Iran)

Des vérifications

Le diplomate roumain doit rencontrer le président de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi, le ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, et le contre-amiral Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, selon Isna.

«La visite se fait dans le cadre des interactions en cours entre l'AIEA et l'Iran», a indiqué l'agence onusienne dans un communiqué avant le départ de Cornel Feruta. Cela comprend «des vérifications et le suivi de l'AIEA en Iran dans le cadre du JCPOA», le nom donné à l'accord sur le nucléaire iranien qui a permis la levée de sanctions internationales contre l'Iran en échange d'une limitation de son programme nucléaire.

Trois phases

Malgré le lancement de cette troisième phase de réductions de ses engagements, la République islamique a souligné qu'elle continuerait d'autoriser le même accès aux inspecteurs de l'AIEA chargés de surveiller son programme nucléaire. En réponse, l'agence onusienne avait affirmé être «au courant» de l'annonce iranienne et que ses inspecteurs sur le terrain rendraient compte prochainement de la situation.

Depuis mai, l'Iran s'est engagé dans trois phases de réductions de ses engagements pris au titre de l'accord sur le nucléaire de 2015 dont les Etats-Unis se sont retirés unilatéralement en 2018, rétablissant de dures sanctions contre la République islamique.

Hausse du stock d'uranium

Le 1er juillet, Téhéran a dit avoir augmenté son stock d'uranium enrichi au-delà de la limite de 300 kilos imposée par l'accord. Une semaine plus tard, il avait annoncé avoir dépassé le taux d'enrichissement d'uranium prévu par ce pacte (3,67%).

La visite de Cornel Fertua à Téhéran survient aussi à la veille d'une réunion trimestrielle du Conseil des gouverneurs de l'AIEA à Vienne, au cours de laquelle les vérifications et le suivi de la situation en Iran seront discutés.

Dans son dernier rapport publié le 30 août, l'agence a indiqué qu'elle continuait d'effectuer ses vérifications grâce à des caméras et des inspections sur place. Mais, montrant implicitement ses inquiétudes sur l'accès à ces sites, l'AIEA a précisé que les «interactions en cours (...) réclamaient une coopération complète et précise de l'Iran». (ats/nxp)

Créé: 08.09.2019, 12h25

Galerie photo

La crise du nucléaire iranien en images

La crise du nucléaire iranien en images Donald Trump a annoncé le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Les Européens devraient poursuivre leurs concertations pour sauver le compromis de 2015.

Articles en relation

L'Iran met en route ses centrifugeuses

Nucléaire Samedi, de source officielle, on a appris que Téhéran avait démarré vingt centrifugeuses, en violation de l'accord sur le nucléaire. Plus...

Nucléaire: l'Iran prend une nouvelle mesure radicale

Crise du nucléaire iranien Peu après que les USA ont exclu de déroger aux sanctions, Téhéran a annoncé l'abandon de toute limite en matière de recherche et développement. Plus...

Trump maintient les sanctions contre l'Iran

Diplomatie Washington n'entend pas accorder de «dérogation» aux sanctions imposées contre Téhéran, alors que les Européens tentent une médiation. Plus...

L'Iran ne veut pas de discussions bilatérales

Monde Mardi, le président iranien Hassan Rohani s'est exprimé devant le parlement. Il a évoqué ses relations avec les Etats-Unis. Plus...

Trump évoque l'explosion d'une fusée en Iran

«Accident catastrophique» Dans un tweet, le président US a assuré que les Etats-Unis n'étaient «pas impliqués» dans la déflagration apparente d'une fusée iranienne Safir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.