Chef de cabinet de Trump convoqué au Congrès

Procédure de destitution Mick Mulvaney a été enjoint par les chefs démocrates à venir témoigner vendredi dans le cadre de l'enquête sur le président américain.

Mick Mulvaney est le plus haut responsable de la Maison Blanche à être convoqué par le Congrès.

Mick Mulvaney est le plus haut responsable de la Maison Blanche à être convoqué par le Congrès. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le directeur de cabinet de Donald Trump, Mick Mulvaney, a été convoqué pour témoigner vendredi dans l'enquête menée par les démocrates du Congrès en vue de destituer le président. Il est le plus haut responsable de la Maison Blanche à recevoir une telle convocation.

«Directement impliqué»

Dénonçant une «mascarade», l'exécutif refuse de coopérer à l'enquête. Le chef de cabinet devrait donc probablement ignorer cette demande.

L'«enquête a révélé que vous avez pu être directement impliqué dans la tentative, orchestrée par le président Trump, son agent personnel Rudolph Giuliani, et d'autres» de faire pression sur l'Ukraine pour qu'elle enquête sur son rival démocrate Joe Biden, ont écrit mardi les chefs démocrates chargés de l'enquête à la Chambre des représentants.

Plus précisément, ils soupçonnent Donald Trump et son entourage d'avoir suspendu une rencontre à la Maison Blanche et quelque 400 millions de dollars d'aide militaire «afin de faire pression sur le président ukrainien Volodymyr Zelensky pour qu'il mène des investigations qui bénéficieraient aux intérêts politiques de Donald Trump».

«Rôle direct»

«Les indices rassemblés (...) laissent entendre que M. Mulvaney a pu jouer un rôle direct dans le stratagème pour faire pression sur le gouvernement ukrainien afin qu'il s'immisce dans l'élection américaine de 2020 en fabriquant des informations nuisibles sur les opposants politiques du président Trump, ainsi que dans la tentative de dissimuler ces actes», avancent les démocrates.

Les présidents des commissions du Renseignement, des Affaires étrangères et de supervision de l'exécutif ont convoqué Mick Mulvaney à 09h00 le 8 novembre au Congrès, à Washington.

Mardi, un conseiller de la Maison Blanche, Wells Griffith, ne s'est pas présenté à sa convocation. La veille, quatre témoins avaient ignoré le rendez-vous fixé par les démocrates.

Auditions publiques prévues

Malgré le refus de coopérer de la Maison Blanche, les commissions ont déjà entendu une dizaine de témoins à huis clos. Elles prévoient d'organiser bientôt des auditions publiques, qui pourraient conduire à la mise en accusation de Donald Trump.

Convaincus de tenir la preuve d'un «abus de pouvoir» du président, les démocrates ont engagé le 24 septembre cette enquête à la Chambre, où ils sont majoritaires. Les républicains contrôlent le Sénat, qui serait ensuite chargé de rendre son verdict sur une destitution de Donald Trump.

Compte tenu du soutien dont ce dernier dispose à la chambre haute, cette issue paraît improbable. (ats/nxp)

Créé: 05.11.2019, 20h16

Articles en relation

Trump réclame l'identité du lanceur d'alerte

Etats-Unis Le président américain souhaite que le nom du lanceur d'alerte à l'origine de la procédure de destitution contre lui soit révélé. Plus...

Destitution de Trump: enquête approuvée

États-Unis La Chambre des représentants a voté en faveur d'une enquête en vue d'une procédure de destitution du président américain. Plus...

Une étape de plus dans le processus de destitution

Etats-Unis Le Congrès s'apprête à voter une résolution qui ouvre la voie aux interrogatoires publics de hauts responsables et à la transmission des preuves à la commission judiciaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.