Chef du CICR choqué par la souffrance rohingya

Crise humanitairePeter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge, a dénoncé les souffrances des Rohingyas musulmans en Birmanie et au Bangladesh.

Peter Maurer est parti à la rencontre des Rohingyas musulmans en Birmanie et au Bangladesh. (dimanche 1er juillet)

Peter Maurer est parti à la rencontre des Rohingyas musulmans en Birmanie et au Bangladesh. (dimanche 1er juillet) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chef du CICR est choqué par la souffrance «absolue» des Rohingyas musulmans. Au terme de sa visite en Birmanie et au Bangladesh, Peter Maurer a ciblé mardi une situation où tout le monde perd et appelé à sortir de l'urgence pour trouver des solutions plus durables.

Devant la presse à Dacca, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a ciblé les conditions «choquantes», dans lesquelles se trouvent près d'un million de réfugiés au Bangladesh, où il était le premier chef de l'institution à se rendre. Il a toutefois salué les efforts du gouvernement de ce pays pour l'accueil de ces personnes qui ont fui les violences en Birmanie.

M. Maurer souhaite que l'aide passe de la seule distribution de matériel à un soutien financier direct pour éviter que les personnes affectées ne dépendent toujours de l'assistance humanitaire. La semaine dernière, le CICR a lancé un tel dispositif auprès des réfugiés des camps établis à Cox's Bazar où son président est allé. «Plus d'aide oui, une assistance différente oui», a-t-il aussi expliqué.

Des villages détruits

En Birmanie aussi, où il était la semaine dernière, M. Maurer a dénoncé une économie, des villages ou encore des infrastructures «détruits». Il a souligné être encouragé par le dialogue entre communautés observé dans certains villages dans le nord de l'Etat de Rakhine. Celles-ci, comme les autorités, «reconnaissent» désormais qu'un problème doit être résolu.

Et M. Maurer d'appeler à nouveau le gouvernement de ce pays à une «responsabilité politique» pour oeuvrer à un rapprochement. «Il y a encore beaucoup à faire» aussi pour étendre l'accès humanitaire qui a toutefois augmenté ces derniers mois, ajoute le président du CICR. L'assistance alimentaire a doublé récemment avant l'arrivée des pluies.

M. Maurer a notamment rencontré la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi et le président U Win Myint. Il a discuté au Bangladesh avec la Première ministre Sheikh Hasina et plusieurs membres de son gouvernement. (ats/nxp)

Créé: 03.07.2018, 12h56

Galerie photo

La crise des Rohingyas en Birmanie en images

La crise des Rohingyas en Birmanie en images Les tensions entre les Rohingyas et les Bouddhistes empoisonnent la région depuis des décennies.

Articles en relation

«D'inimaginables récits de tueries et de viols»

Rohingyas en exil Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est rendu dans un camp de réfugiés rohingyas au Bangladesh pour s’enquérir de leur triste sort. Plus...

Peter Maurer demande davantage d'efforts

Birmanie Le président du CICR a annoncé que son organisation allait élargir son dispositif pour venir en aide aux Rohingyas. Plus...

Enquête accablante pour la Birmanie

Monde Quinze hauts gradés sont accusés par Amnesty du nettoyage ethnique contre les Rohingyas. Plus...

Un accord trouvé pour les Rohingyas

Birmanie Un premier accord entre l'ONU et la Birmanie a été signé pour un retour des réfugiés qui ont fui au Bangladesh. Plus...

«Si Dieu ne nous protège pas, nous mourrons»

Camps de Rohingyas Après la guerre et les maladies, les gigantesques camps de réfugiés du sud du Bangladesh sont à la merci de la mousson. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.