Passer au contenu principal

AmazonieLe chef indigène Raoni en tournée européenne

Durant ses trois semaines en Europe, Raoni va récolter des fonds pour la protection et la défense de l'Amazonie.

Le légendaire chef indigène brésilien passera également par la Suisse.
Le légendaire chef indigène brésilien passera également par la Suisse.
AFP

Le légendaire chef indigène brésilien Raoni est parti dimanche pour Paris où il entamera une tournée de trois semaines en Europe, dont la Suisse, pour y rencontrer des dirigeants, des célébrités ainsi que le pape.

L'ancien cacique du peuple Kayapo, qui a acquis une notoriété internationale ces dernières décennies, tentera de collecter un million d'euros pour la protection de la réserve de Xingu, foyer de plusieurs communautés autochtones du Brésil, face aux menaces que font peser sur elle les exploitations forestières et les industries agroalimentaires.

Raoni Metuktire, dont la lutte pour la défense de l'Amazonie brésilienne est soutenue au plan international par des personnalités comme le chanteur Sting, est accompagné par trois autres dirigeants indigènes qui vivent au Xingu. Ils rencontreront notamment le chef de l'Etat français Emmanuel Macron, son ministre de l'Environnement Francois de Rugy.

Ils iront ensuite en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, à Monaco, en Italie et au Vatican, où un entretien est prévu avec le pape, selon l'association Forêt Vierge dont le siège est à Paris et dont Raoni est le président honoraire.

«Activisme écologiste chiite»

Les fonds recueillis serviront à l'amélioration du marquage de la frontière de la vaste réserve de Xingu ainsi qu'à acheter des drones et d'autres équipements techniques pour en assurer la surveillance, a expliqué l'ONG.

Cette tournée intervient quelques mois après l'arrivée - en janvier - à la présidence du Brésil, notamment grâce au lobby de l'agroalimentaire, de Jair Bolsonaro, qui veut en finir avec ce qu'il appelle «l'activisme écologiste chiite». Illustration de son approche de la question indigène, le chef de l'Etat, un ancien militaire d'extrême droite, s'est demandé peu après son élection «pourquoi maintenir les Indiens reclus dans des réserves, comme des animaux dans un zoo ?».

La déforestation, qui avait baissé de manière spectaculaire en Amazonie de 2004 à 2012, est repartie de plus belle en janvier : 54% par rapport à janvier 2018, d'après l'ONG Imazon. «Poumon de la planète», l'Amazonie compte un nombre impressionnant d'espèces : 40'000 de plantes, 3000 de poissons d'eau douce, près de 1300 d'oiseaux et 370 de reptiles.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.