Un chef mafieux offre un bébé à un de ses hommes

ItalieUn chef de la Camorra est soupçonné d'avoir donné 10'000 euros à un membre de son clan pour acheter un nouveau-né à une mère d'Europe de l'Est.

Le bâtiment «Le Vele» dans la banlieue napolitaine, bastion de la Camorra.

Le bâtiment «Le Vele» dans la banlieue napolitaine, bastion de la Camorra. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un magistrat italien a ouvert une enquête contre un chef de clan de la Camorra, la mafia napolitaine, soupçonné d'avoir offert un nouveau-né à un de ses hommes, a rapporté dimanche le journal régional «Il Mattino». Il est accusé de faux et d'altération d'état civil à des fins mafieuses.

L'homme est soupçonné d'avoir donné 10'000 euros à ce membre de son clan pour acheter le nouveau-né à une mère originaire d'Europe de l'Est, selon le journal.

Selon une note du juge chargé de l'affaire obtenue par le journal, le suspect aurait agi pour «fournir la démonstration sur son territoire de la force de sa propre organisation, au point de pouvoir fournir un fils à l'un de ses hommes».

La justice italienne va chercher à déterminer si cette affaire cache un trafic illégal d'enfants plus vaste. (ats/nxp)

Créé: 07.10.2019, 02h49

Articles en relation

Noël fatal pour un chef présumé de la Camorra

Italie Giovanni Gentile, âgé de 34 ans et soupçonné d'être le chef de clan de la région d'Agerola a été arrêté dans la cachette où il dînait pour Noël. Plus...

Coup de filet européen contre la Camorra

Crime organisé Dans le cadre d'une vaste opération conjointe en Espagne, Italie et Allemagne, 33 membres de la mafia napolitaine ont été arrêtés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.