Le chef du renseignement allemand remplacé

AllemagneBerlin a annoncé la mise à l'écart d'Hans-Georg Maassen, après que ce dernier eut douté des «chasses aux migrants» à Chemnitz.

Hans-Georg Maassen était sous le feu des critiques suite à ses propos.

Hans-Georg Maassen était sous le feu des critiques suite à ses propos. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après des jours de controverse au sein de sa coalition, Angela Merkel a décidé de démettre de ses fonctions le chef du renseignement allemand, accusé de collusion avec l'extrême droite. Il est toutefois nommé secrétaire d'Etat au ministère de l'Intérieur.

A l'issue d'une rencontre entre la chancelière et ses partenaires de la CSU bavaroise et du parti social-démocrate (SPD), le gouvernement a annoncé que Hans-Georg Maassen ne dirigerait plus les renseignements intérieurs. Soutenu jusqu'au bout par son ministre, le Bavarois Horst Seehofer, qui a salué ses «compétences», il est toutefois nommé secrétaire d'Etat au ministère de l'Intérieur.

Ce responsable de 55 ans était dans la tourmente depuis le 7 septembre : il avait alors démenti l'existence de «chasses collectives» d'étrangers, dénoncées par Angela Merkel après des manifestations contre les migrants à l'appel de l'extrême droite à Chemnitz, dans l'ex-RDA.

Il avait aussi assuré qu'une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux à ce sujet était fausse, alors que cette dernière était bien réelle. Ses déclarations furent la goutte de trop.

Liens avec AfD

Le chef de l'Office fédéral de protection de la Constitution (BfV) est de manière générale épinglé pour des liens supposés trop étroits avec le parti d'extrême droite AfD, qui a fait son entrée en force en 2017 à la chambre des députés en se nourrissant des craintes suscitées par l'arrivée de plus d'un million de demandeurs d'asile depuis 2015.

La presse l'accuse d'avoir transmis à ce mouvement des informations confidentielles. Ce que M. Maassen a formellement démenti.

Le chef du renseignement, qui parle décidément beaucoup, a reconnu avoir rencontré des membres de l'AfD, comme il le fait régulièrement, a-t-il argué, avec nombre de personnalités de l'ensemble de l'échiquier politique.

M. Maassen a été jusqu'au bout soutenu par le ministre de l'Intérieur, lui-même entré en rébellion avec la politique migratoire de Mme Merkel.

Le chef du renseignement était en revanche l'objet d'attaques virulentes de l'autre membre de la «grande coalition», le SPD. «Mme Merkel doit à présent clarifier la situation du gouvernement. M. Maassen doit partir, et je vous dis qu'il partira», avait lancé au cours du week-end la cheffe du SPD, Andrea Nahles, qui a participé à la réunion de mardi autour de Mme Merkel.

M. Maassen a entamé la confiance dans les organes de sécurité, déplorait Konstantin von Notz, des Verts, alors qu'en ces temps difficiles leur «intégrité ne devrait faire aucun doute».

Un récent sondage réalisé par Civey montre que plus d'un Allemand sur deux (58%) n'a pas confiance dans ses services de renseignement pour assurer la sécurité du pays. Au-delà de l'extrême droite, le Renseignement intérieur a été mis en cause pour plusieurs ratés dans la surveillance de djihadistes .

Pour l'AfD au contraire, M. Maassen était la cible des «grands partis» uniquement parce qu'il a critiqué la politique migratoire du gouvernement.

Affaiblissement d'Angela Merkel

Sur le plan politique, la crise ouverte autour de M. Maassen n'a été qu'une nouvelle illustration de l'affaiblissement politique croissant de la chancelière, dont le mandat en cours à la tête du gouvernement s'annonce comme le dernier.

Sa coalition a connu les pires difficultés à voir le jour. Et Angela Merkel apparaît depuis continuellement tiraillée entre le SPD, entré à reculons au gouvernement, et la CSU qui ne cesse de contester sa politique migratoire.

Ce parti bavarois a les yeux rivés sur des élections régionales prévues pour le 14 octobre dans cet Etat régional puissant : concurrencé par l'AfD, il pourrait y perdre la majorité absolue.

Dans son édition en ligne, l'hebdomadaire Der Spiegel espérait qu'une décision serait prise mardi au sujet de M. Maassen pour sortir de la «paralysie» un gouvernement dont le pouvoir «s'évapore de plus en plus». (ats/nxp)

Créé: 18.09.2018, 19h17

Articles en relation

Merkel veut virer le chef du renseignement

Allemagne Accusé de collusion avec l'extreme droite, Hans-Georg Maassen pourrait bien passer à la trappe pour sauver la coalition au gouvernement. Plus...

Silence inquiétant sur des dérives de l'extrême droite

Allemagne Le renseignement allemand n'a pas réagi face à des rapports s'inquiétant de certaines sections locales du parti d'extrême droite AfD. Plus...

Cinq mois ferme pour un salut hitlérien à Chemnitz

Allemagne Un homme de 34 ans a écopé d'une peine de prison ferme pour avoir manifesté son appartenance au mouvement néonazi, vendredi. Plus...

Le chef du renseignement «aiderait» l’extrême-droite

Allemagne Hans-Georg Maassen, chef du renseignement intérieur en Allemagne, a été accusé ce jeudi par la télévision publique de connivence avec l'extrême-droite. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.