Cinq «garants» nommés pour le grand débat

FranceUn collège de cinq « garants » sera nommé vendredi pour «garantir l'indépendance» du grand débat national voulu par Macron pour sortir de la crise des «gilets jaunes».

Edouard Philippe a présenté ce lundi soir les modalités du grand débat national.

Edouard Philippe a présenté ce lundi soir les modalités du grand débat national.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un duo de ministres a été chargé lundi d'animer le grand débat national voulu par Emmanuel Macron pour sortir de la crise des «gilets jaunes». Son indépendance doit être garantie par un collège de cinq personnalités dont les noms seront connus seulement vendredi.

«C'est un exercice inédit qui doit permettre aux Français de dire ce qu'ils souhaitent. Il faut que ce soit bien organisé, avec des principes de transparence et d'impartialité», a insisté le Premier ministre Edouard Philippe lundi soir en précisant les modalités pratiques autour des 35 questions fixées par le chef de l'Etat dans une lettre aux Français.

Emmanuel Macron lancera le débat sur le terrain mardi en se rendant dans une petite commune de l'Eure, Grand Bourgtheroulde, aux côtés de 600 maires et élus de Normandie, qu'il va surtout «écouter», selon l'Elysée. «Cela ne sert à rien», «inutile»: sur place, la venue du chef de l'Etat laissait lundi les habitants sceptiques sur les chances que cette initiative mette fin aux mobilisations des «gilets jaunes».

L'opposition s'interrogeait, elle, sur une possible reprise en main de l'exécutif, après la fin de mission de la Commission nationale du débat public et de sa présidente Chantal Jouanno.

Noms dévoilés vendredi

Pour y répondre et garantir l'indépendance du débat de deux mois, l'exécutif a missionné lundi un collège de cinq «garants» dont les noms ne seront dévoilés que «vendredi».

Deux de ces cinq personnes seront désignées par le gouvernement, tandis que les trois autres seront nommées respectivement par le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM), le président du Sénat Gérard Larcher (LR) et celui du Conseil économique, social environnemental, Patrick Bernasconi.

Selon plusieurs sources, l'ancien patron de La Poste et de la RATP Jean-Paul Bailly, 72 ans, figurera parmi les «garants» désignés par le gouvernement. Contrairement à l'ex-dirigeante de la CFDT Nicole Notat, dont le nom avait été cité.

Les deux ministres Sébastien Lecornu et Emmanuelle Wargon sont eux «chargés de faire vivre le débat». Edouard Philippe a défendu ces nominations: «il ne s'agit pas pour les ministres de dire ce qu'il doit y avoir dans le débat, il s'agit de faire en sorte que l'ensemble de l'administration, l'ensemble de nos interlocuteurs soient mobilisés.»

Ni une élection, ni un référendum

Les cinq «garants» veilleront «à la régularité de la méthode et à celle des travaux d'analyse et de synthèse des contributions recueillies. Ils formuleront toutes les recommandations qu'ils jugeront nécessaires pour satisfaire aux exigences de transparence et d'impartialité», a ajouté le cabinet du Premier ministre.

Ce débat ne sera «ni une élection, ni un référendum», a prévenu le chef de l'Etat dans sa lettre aux Français. Dévoilée dimanche soir, elle trace des lignes rouges, comme la suppression de l'ISF, mais ouvre la porte à des réformes importantes comme le référendum d'initiative citoyenne.

En attendant, Emmanuel Macron a reçu lundi une quinzaine de maires de communes rurales venus lui remettre les doléances exprimées ces dernières semaines. «Il est important que le gouvernement écoute ce que les citoyens ont à dire», a averti Vanik Berberian, le président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF).

Le président multipliera les déplacements pendant deux mois pour inciter les Français à participer et «rendra compte directement» du débat dans le mois suivant sa fin. Selon un sondage OpinionWay diffusé lundi, près d'un Français sur deux a l'intention de participer au grand débat, mais ils ne sont que 31% à penser qu'il permettra de sortir de la crise des «gilets jaunes».

Consultation contestée

Quatre grands thèmes sont sur la table: pouvoir d'achat, fiscalité, démocratie et environnement. Est exclue toute remise en cause de l'IVG, de la peine de mort et du mariage pour tous.

Mais la consultation est contestée avant même d'être lancée. Nombre de «gilets jaunes» nient sa légitimité, affirmant que le vrai débat est «dans la rue». (ats/nxp)

Créé: 14.01.2019, 21h27

Articles en relation

Emmanuel Macron lance son grand débat

France Le président a déclaré dans sa «lettre aux Français» que l'exercice de mardi ne sera «ni une élection, ni un référendum.» Plus...

«Gilets jaunes»: mobilisation en hausse

France L'acte IX de la contestation des gilets jaunes s'est terminé samedi sur une augmentation de la mobilisation et quelques heurts à Paris et en province. Plus...

Emmanuel Macron fait la promo de son grand débat

France Le président français publiera lundi la «lettre aux Français» dans laquelle il expliquera les finalités du débat. Plus...

«Gilets jaunes»: Macron renonce à Davos

WEF 2019 L'Elysée a annoncé vendredi qu'Emmanuel Macron ne se rendrait pas au Forum économique de Davos (WEF) en raison de la fronde populaire des «gilets jaunes». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.