«Cinq raisons pourquoi Trump ne peut aller contre la transition énergétique»

ClimatL'homme d'affaires et politicien conservateur britannique Michael Liebreich estime que le remplacement des énergies fossiles par du renouvelable a passé «le point de bascule».

Michael Liebreich, fondateur de Bloomberg Energy Finance.

Michael Liebreich, fondateur de Bloomberg Energy Finance. Image: GERALD BOSSHARD -A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Michael Liebreich est un esprit libre et provoquant. Sur Twitter, la nuit de jeudi à vendredi, le fondateur de Bloomberg Energy Finance, qui est aussi politicien conservateur, membre du conseil de Transport for London (la planification des transports publics londonien) et créateur du forum Eco-Villages aux Diablerets, où il possède un chalet, s'est presque réjoui de l'annonce de Donald Trump. Motif: l'effet boomerang que la sortie des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat devrait avoir, mobilisant des forces partout dans le monde pour renforcer la transition énergétique. Celle-ci a déjà dépassé «le point de bascule», estime le Britannique. Il l'explique en cinq points. Interview.

1) La logique économique

«La part des sources renouvelables dans la production d'électricité a atteint un niveau suffisant pour qu'on ne revienne pas en arrière. Au contraire, cela va accélérer le basculement. Dans les deux à trois ans à venir, les sources renouvelables atteindront 20 à 40% du total, dans le monde, et elles seront de moins en moins chères. Dans les transports, pour une partie grandissante de la demande, l'énergie propre va devenir plus compétitive que l'énergie fossile. Le phénomène est déjà mesurable, le point de bascule se situera vers 2020. Il est très intéressant de constater qu'un jour avant la déclaration de Donald Trump, 68% des actionnaires d'ExxonMobil, le géant pétrolier, ont demandé par vote que le groupe analyse sa stratégie dans un monde débarrassé des émissions dioxyde de carbone.»

2) La réaction nationale et internationale

«Les propos de Trump sont mobilisateurs, autant sur la scène internationale qu'à l'intérieur des Etats-Unis on le voit au niveau des villes et de nombreux Etats. Mais attention, cette réaction ne peut pas être uniquement rhétorique. Il faut agir. En Europe, seul le Royaume-Uni a voté une loi contraignante qui planifie une sortie totale du charbon d'ici 2025. L'Allemagne, la Pologne et d'autres Etats de l'Union européenne doivent encore passer à l'acte. Des signaux positifs émanent de l'Inde sur l'abandon de nouveaux projets de centrales à charbon. Elle pourrait se cacher derrière la décision américaine pour retarder cette mutation. Mais ne surestimons pas non plus l'importance du financement de l'accord de Paris. Une douzaine de milliards de dollars sur cinq ans, c'est loin d'être décisif, à l'échelle de la planète et des enjeux économiques qui traitent notamment des énergies renouvelables, un marché de centaines de milliards.»

3) Les impulsions citoyennes

«Les solutions générées par la demande sont en train de pulluler. Partout émergent des marchés pour des initiatives locales, qu'elles soient publiques ou privées, qui transforment peu à peu la donne. Le rôle des leaders politiques locaux est primordial.»

4) Les milieux conservateurs environnementalistes s'émancipent

«Aux Etats-Unis, mais aussi ailleurs dans le monde, des républicains et des conservateurs sont de plus en plus convaincus que le réchauffement climatique est un problème sérieux. Paradoxalement, l'élection de Trump leur a permis de sortir du bois: ils ne doivent plus se positionner contre Obama et ce qu'il représentait. A droite, en quelque sorte, une page blanche est à écrire pour une stratégie de transition énergétique, et pour en prendre le leadership. Au Royaume-Uni, l'ancien ministre tory Michael Howard vient de publier une tribune remarquée où il fait le lien entre une politique climatique ambitieuse et la réussite économique.»

5) Les arguments des climato-sceptiques sont pauvres

«Les travaux auxquels se réfère Donald Trump, qui émanent du National Economic Research Associates, sont d'un niveau lamentable. Cet organisme non gouvernemental n'a pas le niveau baccalauréat... Les effets positifs de l'abandon des énergies fossiles et de la transition vers les renouvelables sont facilement démontrables. Reste que je diverge profondément de ceux qui, comme le président français Emmanuel Macron, font l'erreur de fermer la porte à la négociation. Il faut plutôt demander à Trump quelles sont ses solutions.» (24 heures)

Créé: 02.06.2017, 16h26

Articles en relation

«Nous devons riposter à la politique irresponsable de Trump»

Accord de Paris Les Verts demandent l’instauration d’une taxe sur le CO2 pour les produits américains. Plus...

«Make our planet great again!»

Climat Après la stupeur, Chinois et Européens veulent voir dans ce retrait américain de la COP21 une opportunité pour aller plus loin et gagner des marchés. Plus...

Climat: les USA sont coincés jusqu'en 2020

Accord de Paris Donald Trump compte tourner le dos «dès maintenant» à l'accord de Paris sur le climat. Mais les Etats-Unis ne pourront pas formellement en sortir avant trois ans et demi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 août.
(Image: Bénédicte? ) Plus...