Passer au contenu principal

Cité antique détruite: l'Unesco dénonce «un acte de folie»

L'organisme condamne la volontlé du groupe Etat Islamique d'effacer toute trace de l'histoire du peuple irakien.

La vidéo de propagande a été diffusée samedi.
La vidéo de propagande a été diffusée samedi.
Twitter

L'Unesco a qualifié lundi 13 avril d'«acte de folie» la destruction de la cité antique de Nimroud, en Irak, par les djihadistes du groupe Etat islamique (EI), condamnant une volonté «d'effacer l'histoire du peuple irakien».

L'EI a publié samedi une vidéo montrant ses combattants détruisant des œuvres d'art dans Nimroud, joyau de l'empire assyrien, avant de faire exploser le site archéologique.

«Je condamne cet acte de folie destructrice, qui marque une nouvelle escalade dans l'horreur», a déclaré la directrice générale de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture, Irina Bokova.

«Il confirme que les terroristes ne se limitent pas à détruire les représentations figurées, bas-reliefs et statues, mais aussi le site lui-même et ses murs, à coups de pioches et d'explosifs, dans le but d'effacer systématiquement toute trace de l'histoire du peuple iraquien», a-t-elle dénoncé dans un communiqué.

Ville rasée

Selon les images, non datées, Nimroud, située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Mossoul (nord), sur les rives du Tigre, a été complètement rasée.

La destruction de la cité a été rapportée il y a plus d'un mois, et l'Unesco avait dénoncé un «crime de guerre», mais jusqu'alors l'étendue des dégâts n'était pas connue.

«La destruction délibérée du patrimoine est un crime de guerre», a réaffirmé Mme Bokova. «Nous mettons tout en oeuvre pour lutter contre ces destructions et les documenter pour que les auteurs soient identifiés et traduits en justice.»

Statues détruites

Pour les extrémistes de l'EI, qui se sont emparés depuis juin de vastes pans de territoire en Irak et en Syrie voisine, sur lesquels ils ont proclamé un «califat», les statues ou les mausolées représentent des lieux d'idolâtrie qui doivent être détruits.

Ces dernières semaines, ils s'en sont pris aux sites archéologiques irakiens, détruisant Nimroud mais aussi Hatra --une cité de la période romaine vieille de 2.000 ans inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco-- et réduisant en miettes des trésors dans le musée de Mossoul, malgré le tollé international.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.