Un civil meurt dans des heurts avec la police

SyrieUne personne est morte à Al-Bab dimanche lors d'une protestation devant le QG de la police. Les forces de l'ordre avaient tiré en l'air pour disperser les manifestants.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un civil a été tué dans des heurts dimanche entre manifestants et policiers dans la ville syrienne d'Al-Bab, sous contrôle des forces pro-Ankara, après l'arrestation d'un suspect d'un attentat meurtrier commis la veille, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dix-neuf personnes, dont treize civils, ont été tuées samedi dans un attentat à la voiture piégée à Al-Bab, dans le nord de la Syrie, avait rapporté l'Observatoire.

«La police locale de la ville a arrêté dans la nuit de samedi à dimanche un suspect, après vérification des caméras de surveillance sur les lieux, et l'a emmené à son QG, en vue de le livrer à l'armée turque», a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Cela a provoqué la colère de la population et plusieurs centaines d'habitants ont manifesté devant le QG de la police, certains tentant d'y pénétrer par la force, pour réclamer que le suspect soit exécuté dans leur ville.

La police a tiré en l'air pour tenter de disperser les manifestants, tuant un civil et blessant un autre, selon l'Observatoire.

Un photographe de l'AFP a fait état d'habitants jetant des pierres sur le QG protégé par des blocs de béton, tandis que le feu s'élevait d'un véhicule militaire dans le secteur.

Attentat de samedi pas revendiqué

L'attentat de samedi dans cette ville située à 30 km au nord-est d'Alep n'a pas été revendiqué.

Mais la Turquie, pays voisin de la Syrie où elle maintient des troupes, a pointé du doigt samedi la principale milice kurde syrienne (YPG) qu'elle qualifie de «terroriste». Le ministère turc de la Défense a annoncé dimanche sur Twitter l'arrestation de l'auteur de l'attentat.

Ancien fief du groupe djihadiste, Etat islamique (EI), Al-Bab est le théâtre de violences, notamment d'assassinats, depuis sa conquête il y a plus de deux ans par les forces turques aidées de supplétifs syriens, selon l'Observatoire.

Ancien membre de l'EI

Citant des sources locales, le directeur de l'OSDH a indiqué que le suspect n'était pas lié aux forces kurdes, qu'il est originaire d'un village proche d'Al-Bab et qu'il avait été membre de l'EI quand le groupe djihadiste, contrôlait la région, avant de rejoindre un groupe syrien pro-Ankara.

En mars, l'EI a été vaincu dans son dernier fief, aux confins orientaux de la Syrie, par les forces kurdes soutenues par une coalition internationale dirigée par Washington.

Le groupe a toutefois muté en organisation clandestine menant des attentats meurtriers dans plusieurs régions de Syrie, où la guerre a fait plus de 370'000 morts et déplacé des millions de personnes depuis 2011. (afp/nxp)

Créé: 17.11.2019, 22h47

Articles en relation

Dix-neuf personnes tuées dans un attentat

Syrie Samedi, un attentat à la voiture piégée a fait dix-neuf victimes dans le nord-est de la Syrie. Plus...

Washington tance l'Europe sur les djihadistes en Syrie

Terrorisme Les pays européens qui refusent de rapatrier et juger leurs ressortissants détenus dans les prisons syriennes font preuve d'«irresponsabilité», selon les USA. Plus...

Les Pays-Bas rapatrieront des enfants de l'EI

Terrorisme Un tribunal néerlandais a décidé que l'Etat doit s'engager à rapatrier les enfants des femmes ayant rejoint le groupe Etat islamique en Syrie. Plus...

Un «nettoyage ethnique» turc en Syrie dénoncé

Etats-Unis Un responsable américain dénonce les «efforts déterminés de nettoyage ethnique» de la part d'Ankara et de ses alliés à l'encontre des Kurdes en Syrie. Plus...

Cette «petite fenêtre» pour rapatrier ses ressortissants

Syrie Le sort des familles de djihadistes reste une question épineuse pour les pays européens, qui pourraient profiter d'un semblant de calme pour les rapatrier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.