Climat: le chef de l'ONU tire la sonnette d'alarme

EnvironnementPour Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU, «nous sommes en train de perdre la course» du climat.

Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU.

Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU, a estimé mardi que l'accord de Paris sur le climat n'avait pas encore échoué, mais que le temps était compté pour éviter la catastrophe climatique.

«Je voudrais voir toute la société accroître la pression sur les gouvernements pour qu'ils comprennent qu'ils doivent aller plus vite, car nous sommes en train de perdre la course», a-t-il déclaré dans une interview à une collaboration de dizaines de médias internationaux, Covering Climate Now.

Samedi, Antonio Guterres accueillera un sommet de la jeunesse sur le climat à New York à l'ONU, puis lundi un sommet spécial climat avec des chefs de gouvernements et d'Etats, appelés à revoir leurs engagements à la hausse, pour limiter le réchauffement du globe à 1,5°C ou 2°C, par rapport à la période préindustrielle, au 19e siècle.

«La recherche scientifique nous dit que ces objectifs restent atteignables», a dit Antonio Guterres, en admettant que l'inaction des pays membres de l'ONU pouvait, au moins partiellement, être compensée par d'autres acteurs non-étatiques - en particulier aux Etats-Unis, où les Etats fédéraux comme la Californie prennent le relais.

«L'un des aspects les meilleurs de la société américaine est que c'est un pays fédéral, et que les décisions sont décentralisées», a-t-il dit. «Je serai donc toujours favorable à ce que les décisions relatives au changement climatique soient toujours aussi décentralisées que possible».

Perception d'un «nouveau souffle»

Il a noté que de grandes villes, des régions et des entreprises prenaient le relais, et que des banques et des fonds d'investissement se retiraient des secteurs du charbon et des énergies fossiles. Il a aussi pris l'exemple de l'Union européenne, où seuls trois pays s'opposent encore à l'objectif de neutralité carbone d'ici 2050, disant percevoir un «nouveau souffle», notamment avec la croissance des énergies solaires en Inde et en Chine.

«Nous avons besoin de changer profondément la façon dont nous produisons notre nourriture, d'où vient l'énergie de nos économies, comment nos villes sont organisées, comment nous produisons notre énergie», a-t-il poursuivi. «J'ai l'impression que de plus en plus de gens, d'entreprises, de villes et d'Etats comprennent qu'il faut le faire», a conclu Antonio Guterres. (afp/nxp)

Créé: 18.09.2019, 02h45

Articles en relation

Greta Thunberg manifeste devant la Maison Blanche

Etats-Unis La jeune militante suédoise a rejoint des lycéens et étudiants lors d'une marche pour le climat à Washington vendredi. Plus...

Inquiétudes pour les forêts tropicales

Environnement Les jungles en flammes en Amazonie et en Indonésie préoccupent les experts du climat. Leur destruction menace l'écosystème de la planète. Plus...

Au Danemark, un premier téléthon pour le climat

Environnement Cette première mondiale a permis de récolter 2,65 millions de francs. Près d'un million d'arbres vont être ainsi plantés. Plus...

L'activiste suédoise Greta Thunberg rencontre Barack Obama

«Toi et moi, on forme une équipe»: l'ex-président américain Barack Obama a reçu l'égérie de la lutte pour le climat Greta Thunberg à Washington, a-t-il annoncé mardi sur Twitter. Il a salué en l'adolescente «l'une des plus grandes défenseures de notre planète». L'organisation de l'ancien président, la Obama Foundation, a diffusé une vidéo de leur entrevue sur les réseaux sociaux. Greta Thunberg, 16 ans, est en visite aux Etats-Unis après avoir traversé l'Atlantique à bord d'un voilier zéro émission carbone. «Personne n'est trop petit pour avoir un impact et changer le monde, alors faites tout ce que vous pouvez», y affirme la désormais célèbre militante suédoise, gilet à capuche bleu foncé sur les épaules.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.