La coalition frappe les rebelles houthis

YémenAprès les attaques en Arabie saoudite, la coalition menée par Ryad a détruit des sites au Yémen utilisés par les rebelles houthis soutenus par l'Iran.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé avoir lancé jeudi une opération militaire au Yémen contre les rebelles houthis soutenus par l'Iran, la première depuis les attaques de drones sur des installations pétrolières saoudiennes la semaine dernière.

La coalition a détruit quatre sites situés au nord de la ville portuaire de Hodeida (ouest du Yémen), utilisés par les rebelles pour assembler des bateaux télécommandés et des mines marines, selon un communiqué publié par l'agence de presse officielle saoudienne SPA. Elle considérait ces sites comme des menaces à la sécurité maritime dans le stratégique détroit de Bab al-Mandeb et le sud de la mer Rouge.

Peu avant l'annonce de cette opération militaire, la coalition avait affirmé avoir déjoué une attaque au bateau piégé, sans équipage. «La force navale de la coalition a détecté une tentative de la milice terroriste houthie liée à l'Iran de commettre un acte hostile et terroriste imminent dans le sud de la mer Rouge en utilisant un bateau piégé télécommandé», avait indiqué la coalition dans un communiqué diffusé par SPA.

Tensions croissantes

Le bateau a été lancé «depuis le gouvernorat de Hodeida», dans l'ouest du Yémen, a-t-elle ajouté, sans savoir ce qu'il visait. Il a été détruit. Les rebelles houthis n'ont pas réagi.

Ces nouveaux développements surviennent alors que les tensions régionales avec l'Iran croissent à la suite de deux attaques simultanées la semaine dernière contre d'importantes installations pétrolières saoudiennes, qui ont réduit de moitié la production du royaume et provoqué la chute libre des cours de l'énergie. Les Houthis ont revendiqué ces attaques, mais Washington et Ryad en ont rendu responsable l'Iran, qui a nié.

La coalition est intervenue pour soutenir le gouvernement yéménite en 2015 lorsque le président Abedrabbo Mansour Hadi s'est enfui en exil en Arabie saoudite alors que les rebelles s'approchaient de son dernier réduit, Aden, la deuxième ville du Yémen. Le conflit a fait des dizaines de milliers de morts, des civils pour la plupart, et plongé ce pays - le plus pauvre de la péninsule arabique - dans la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU. (afp/nxp)

Créé: 20.09.2019, 03h46

Articles en relation

Ryad affirme que l'armement est iranien

Attaques de drones Les armes utilisées dans l'attaque en Arabie saoudite ont été fabriquées en Iran, a affirmé lundi la coalition arabe au Yémen. Plus...

Pompeo pour une solution pacifique avec l'Iran

Attaques en Arabie Le secrétaire d'Etat américain, en visite aux Emirats arabes unis, a affirmé vouloir bâtir une coalition destinée à parvenir à la paix avec l'Iran. Plus...

Pompeo évoque «un acte de guerre» de l'Iran

Arabie saoudite Le secrétaire d'Etat américain, dépêché en Arabie saoudite, a qualifié l'attaque contre des infrastructures pétrolières du royaume d'«acte de guerre». Plus...

Les USA en pourparlers avec les rebelles Houthis

Yémen Des négociations ont lieu entre les Etats-Unis et les Houthis afin d'essayer de trouver une issue au conflit qui opposent ces derniers à la coalition menée par l'Arabie Saoudite. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.