La communauté geek à la rescousse des réfugiés

Crise migratoirePas de couverture ni de nourriture, mais un traducteur de textos et des plates-formes d’aide pour trouver un job ou un toit.

Illustration

Illustration Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils ont planché tout le week-end. L’objectif? Créer de nouveaux services numériques pour faciliter l’accueil et l’intégration des migrants en France et dans le monde. Développeurs, designers, entrepreneurs et associations caritatives se sont ainsi retrouvés à Paris le temps d’un hackathon – entendez un brainstorming intensif de 36 heures consacré à l’innovation technologique.

Une centaine de personnes ont répondu à «l’appel à coder» de l’association Techfugees, un mouvement international initié au Royaume-Uni l’automne dernier par Mike Butcher, journaliste à TechCrunch, un site de référence consacré à la technologie. Pour répondre à la crise des réfugiés en Europe, Mike Butcher réussissait en octobre à mobiliser trois jours durant 700 geeks et acteurs associatifs dans la capitale britannique. Avec quelques perles novatrices à la clé pouvant être dupliquées et adaptées pour chaque pays. A l’image de GeeCycle.org, une plate-forme où les gens peuvent faire don de leurs mobiles aux migrants. Dans la foulée, d’autres villes, comme Sydney et New York, ont organisé leur propre Techfugees.

A l’issue de la première édition parisienne qui s’est tenue à l’école de programmation Le Wagon dans le XIe arrondissement, douze projets collaboratifs destinés à venir en aide aux réfugiés ont été présentés. Dimanche soir, les faveurs du jury sont allées au prototype baptisé Textfugee, un traducteur de SMS. Cet outil qui vise à faciliter la communication entre les associations et les réfugiés doit permettre l’envoi de SMS à des groupes en traduisant automatiquement le texte en une quarantaine de langues. Prochaine étape? Un voyage à Londres pour présenter le projet devant un autre jury et obtenir le soutien d’investisseurs pour le pérenniser, indiquent les organisateurs du hackathon.

Autre idée très remarquée lors de ce marathon, Refugenius, le «LinkedIn» des réfugiés, dont le but est de mettre en relation des employeurs et des migrants pour faciliter leur intégration professionnelle. Ou encore e-Migreats, un portail communautaire qui permet aux requérants d’asile et aux habitants d’échanger des services.

L’événement du week-end dernier se veut dans la continuité de Réfugiés Connectés, le premier hackathon du genre, qui s’est tenu en janvier 2015 dans la capitale française. Plusieurs projets novateurs avaient émergé de ce marathon organisé par Singa, une association qui favorise la création d’espaces et d’outils de rencontre entre les réfugiés et leur société d’accueil et l’association Make Sense, dont la plate-forme CALM (Comme à la maison) lancée en juin dernier. Surnommée le «Airbnb» des réfugiés, cette application qui met en contact les réfugiés arrivés en France et les personnes prêtes à les accueillir gratuitement a déjà permis d’héberger près de 218 réfugiés.

Créé: 15.03.2016, 19h14

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...