Quand Louis Sarkozy se confie à Paris Match

New YorkLe fils de l'ex-président français, qui vit aux Etats-Unis, évoque son respect pour le patriotisme US et sa passion pour les armes à feu.

Louis Sarkozy affirme ne pas tellement s'intéresser à la politique.

Louis Sarkozy affirme ne pas tellement s'intéresser à la politique. Image: Twitter/ParisMatch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le fils de l'ancien président français Nicolas Sarkozy est mis à l'honneur ce mercredi sur le site du magazine Paris Match, qui souligne avoir obtenu «en exclusivité» la toute première interview de Louis.

Le jeune homme de 18 ans, troisième enfant de Nicolas Sarkozy, raconte son départ pour New York aux côtés de sa mère Cécilia Ciganer-Albéniz, ex-femme de l'homme politique, trois mois après l'élection de ce dernier en 2007 à la tête de la France.

Des Etats-Unis où il vit toujours, il retient surtout «des valeurs» auxquelles il semble adhérer à 100%. Le jeune homme parle de son respect pour le patriotisme à l'américaine, avec «des drapeaux américains devant chaque maison, ça m'a vraiment impressionné», dans un pays où les militaires «sont des héros».

Louis Adams

Son rêve: intégrer l'armée américaine et plus spécifiquement rejoindre les «Marines». Après 4 ans à l'école militaire («Valley Forge Academy» en Pennsylvanie), il explique cependant avoir eu besoin «d'une pause». Il a intégré l'Université de New York (NYU) où il étudie désormais les sciences humaines, sans pour autant renoncer à l'armée, peut-être, plus tard.

A l'école militaire, «je me faisais appeler Louis Adams, car je ne voulais pas que mes camarades sachent qui était mon père. Mais au bout de quelques jours l’information a fuité et tout le monde a découvert que j’étais né - selon l’expression - avec "une cuillère en argent dans la bouche" du coup, pendant 3 jours, j’ai dû littéralement porter une vraie cuillère en argent dans la bouche, matin, midi, et soir, même la nuit ! Il y avait aussi du bizutage plus "hard" : ils nous faisaient sortir en plein milieu de la nuit pour que l’on fasse des exercices physiques etc...Mais ils se sont un peu calmés depuis» peut-on lire sur le site de Paris Match.

Il y a côtoyé le fils d'un prince saoudien, le fils d'un prince qatari, et le fils d'un ministre russe.

Pro-armes à feu

Interrogé sur la récente fusillade sur le campus de l'Oregon, il affirme son rejet d'une régulation de l'accès aux armes à feu, tout en condamnant l'acte, inadmissible «qu'il s'agisse d'un terroriste américain, irlandais ou musulman».

«Aux Etats-Unis, tout le monde peut aller au supermarché acheter une arme. Certains disent que c'est mauvais, moi je trouve que c'est une liberté. C'est la liberté de chacun de se protéger lui-même et sa famille».

«Le président américain, les démocrates et les libéraux veulent enlever les armes de tout le monde», affirme-t-il, résumant de façon assez approximative les propositions favorables à une meilleure régulation des armes à feu. «Mais par définition, un criminel ça n'obéit pas aux lois».

Son meilleur souvenir de l'Elysée: le personnel

A l'Elysée, où il n'a pas vécu mais qu'il connaît bien pour y avoir séjourné de façon intermittente pendant les vacances, «les officiers de sécurité, les chefs, les cuisiniers, les hôtesses, faisaient comme partie de la famille. Je partais même en week-end avec certains d’entre eux. J’aimais bien dire que j’avais quarante papas…». Un grand regret: voir disparaître de sa vie tout ces gens qui l'ont «presque élevé» du jour au lendemain, après la défaite de Nicolas Sarkozy en 2012.

Suit-il les débats nationaux? «Je ne suis pas passionné par la politique française», lâche-t-il. Si son père devait à nouveau gagner les élections «je serais surtout heureux pour la France, car ce serait un sacrifice pour lui et sa famille. Il le ferait pour la France». «Mais je ne sais pas du tout s'il se présentera en 2017» ajoute-t-il. Aux prochaines élections, «Je voterai plutôt à droite, peut-être par disposition familiale, mais surtout car je me reconnais plus dans ces valeurs».

Voir l'interview dans son intégralité ici:

Créé: 07.10.2015, 23h13

Articles en relation

Et à la fin Nicolas Sarkozy évince Nadine Morano

France Editorial Après ses propos sur la «race blanche», Nadine Morano est débarquée de la liste des Républicains aux régionales. C’est Valérie Debord qui la remplace Plus...

Sarkozy et Trierweiler se réconcilient sur Instagram

Improbable Contre toutes attentes, Léonard Trierweiler et Louis Sarkozy s'aiment désormais comme des «frères». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.