Conflit avec Apple: le FBI ment, selon Snowden

San BernardinoLe lanceur d'alerte affirme que l'agence a les moyens d'accéder aux données de l'iPhone d'un des terroristes.

Le FBI peut déverrouiller l'iPhone de San Bernardino, affirme Edward Snowden.

Le FBI peut déverrouiller l'iPhone de San Bernardino, affirme Edward Snowden.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Edward Snowden, l'Américain à l’origine du scandale des écoutes de la NSA exilé à Moscou, a laissé entendre cette semaine que le FBI a bien les moyens d'accéder aux données de l'iPhone d'un des terroristes de San Bernardino, contrairement à ce qu'affirme l'agence.

Interrogé à ce sujet en vidéo dans le cadre de la conférence du groupe de réflexion «Common Cause» (Cause commune), le lanceur d'alerte a répondu: «le FBI affirme qu'Apple a les moyens exclusifs de déverrouiller le téléphone. Avec tout mon respect, ce sont des conneries».

L'autorité américaine est entrée dans un conflit judiciaire très médiatisé ces dernières semaines avec le géant Apple, après avoir annoncé que seule l'entreprise californienne pouvait désactiver certaines protections du smartphone du tireur. L'objectif: s'assurer que son contenu ne «s'auto-efface» pas après 10 mauvais mots de passe, rappelle le Guardian.

Du bluff, selon ses partisans

Edward Snowden a twitté plus tard dans la soirée un post de blog d'un groupe américain de défenses des libertés civiles (ACLU) accusant l'agence fédérale de mensonge: «Le consensus technologique global est contre le FBI. Pourquoi? Voici un exemple».

L'auteur de l'article expose les détails techniques qui permettraient au FBI, selon lui, d'accéder aux données en question sans l'aide d'Apple. Il estime que l'agence, sous couvert de lutte anti-terroriste, cherche à obtenir des informations cruciales de la marque à la pomme.

Un cas «sans précédent»

Pour mémoire, une juge américaine a exigé il y a quelques semaines qu'Apple aide le FBI à accéder au contenu crypté de l'iPhone 5C d'un homme responsable, avec sa complice, de la mort de 14 personnes début décembre à San Bernardino (Californie).

Dans son jugement, la juge demande notamment à Apple de fournir un logiciel utilisable seulement sur cet appareil précis, et permettant aux enquêteurs de contourner l'effacement automatique des données.

La requête est «sans précédent» et «menace la sécurité» des clients d'Apple a affirmé son patron Tim Cook dans une longue lettre postée sur le site internet de l'entreprise le 16 février dernier.

Créé: 09.03.2016, 22h00

Articles en relation

La Silicon Valley se rebiffe

Protection des données En filigrane de la dispute entre Apple et le FBI – sur la transmission des données du téléphone d’un terroriste – se joue l’avenir de la sécurité numérique aux USA. Plus...

Apple va payer 450 millions de dollars

Concurrence Apple s'est rendu coupable d'avoir restreint la concurrence par les prix pour les livres électroniques. Plus...

Débloquages d'Iphone: Apple marque un point

Etats-Unis La police ne peut obliger Apple à débloquer un iPhone, a conclu un juge new-yorkais sur une affaire de drogue. Plus...

Le bras de fer entre le FBI et Apple crée le malaise

Traque antiterroriste Apple refuse de livrer les données de l’iPhone d’un tueur. Le patron du FBI admet que le débat est complexe. Les politiques se taisent. Plus...

Apple exige l'annulation de la décision de justice

Californie Apple a réclamé l'annulation de l'injonction à aider le FBI à accéder aux données l'iPhone du terroriste de San Bernardino. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.