Conseil de sécurité: entrée de grandes puissances

ONUL'Allemagne, l'Indonésie et l'Afrique du Sud notamment vont siéger dès 2019 au Conseil de sécurité de l'ONU.

Le Conseil de sécurité des Nations unies est l'organe exécutif de l'ONU chargé du maintien de la paix et de la sécurité internationale. Il dispose pour cela de pouvoirs spécifiques tels que l'établissement de sanctions internationales et l'intervention militaire.

Le Conseil de sécurité des Nations unies est l'organe exécutif de l'ONU chargé du maintien de la paix et de la sécurité internationale. Il dispose pour cela de pouvoirs spécifiques tels que l'établissement de sanctions internationales et l'intervention militaire. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dès le 1er janvier, cinq nouveaux pays entrent au Conseil de sécurité de l'ONU pour deux ans. Parmi eux, l'Allemagne, l'Indonésie, l'Afrique du Sud, trois puissances régionales. Reste à savoir si les consensus seront plus faciles avec des Etats-Unis, de plus en plus imprévisibles.

Nikki Haley, la «star» du Conseil de sécurité, partie, la Maison-Blanche entend la remplacer par une ex-journaliste, Heather Nauert, porte-parole du Département d'Etat. «Un grand nombre de diplomates sont focalisés sur le changement d'ambassadrice américaine», a indiqué à l'AFP Richard Gowan de l'université de l'ONU. Plusieurs craignent que Heather Nauert «n'adopte une ligne 'America First' plus dure que celle de Nikki Haley».

«Unilatéraliste» et «isolationniste», «l'Amérique a largué les amarres», note un diplomate. Ce «durcissement américain» va faire «de l'ONU une cible privilégiée», craint-il.

Echanges «brutaux»

En échec récurrent sur la Syrie, le Conseil de sécurité avait fait preuve d'unité en 2017 avec une triple série de sanctions contre la Corée du Nord. En 2018, la désunion a prédominé.

«Les échanges ont souvent été brutaux. On ne cherche même plus des consensus. Plus personne ne s'écoute. Les votes de procédure se multiplient. Les positions sont polarisées», résume un autre diplomate. A la fin 2018, à propos du Yémen, le conseil a vu les Etats-Unis menacer d'un veto un texte de son plus proche allié en principe, le Royaume Uni, un événement inouï, traumatisant pour Londres, rapporte un ambassadeur du conseil sous anonymat.

En public, le ton est parfois acerbe. «Il n'y a pas de recherche de compromis». «Ce n'est pas la première fois qu'on nous dit: 'c'est à prendre ou à laisser'», a ainsi dénoncé le Russe Vassily Nebenzia lors d'une session sur la Centrafrique.

Le 21 décembre, la Bolivie, membre non permanent sortant, a aussi laissé éclater sa colère. «Nous exigeons d'être pris en considération», a lancé ce pays, critiquant un «manque de transparence et de respect» lors de négociations chaotiques sur l'envoi d'observateurs sur le sol yéménite.

Pour Moscou, les maux du Conseil sont à imputer «aux plumes, monopolisées par la troïka», autrement dit les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France à qui revient par tradition et intérêt nombre de résolutions à rédiger sur les conflits dans le monde.

Accord entre non permanents

Qu'en sera-t-il de l'harmonie avec l'Allemagne, l'Afrique du Sud - deux candidats à très long terme à un siège de membres permanents - ou l'Indonésie, accompagnées de la Belgique et de la République dominicaine? Ces pays succéderont à la Suède, au Kazakhstan, à l'Ethiopie, aux Pays-Bas et à la Bolivie.

Avec quelque 100'000 casques bleus sur le terrain, l'ONU reste confrontée à des défis majeurs. Comment pousser à la paix avec un conseil que le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, trouve «plus divisé que jamais»? Réunions publiques ou à huis clos, c'est du pareil au même pour les divisions, déplore, dépité, un diplomate suédois sur le départ.

Pour la première fois, les cinq nouveaux arrivants se sont entendus avec les cinq autres membres non permanents du Conseil de sécurité (Pologne, Pérou, Koweït, Guinée équatoriale et Côte d'Ivoire) pour se partager des présidences de comités et en présenter la liste au «P5», le groupe des cinq permanents (Etats-Unis, Russie, Chine, France et Royaume Uni).

«Jouer un rôle»

«Accepté sans problème», se réjouit un diplomate d'un petit pays, en rappelant que la pratique jusqu'alors consistait à batailler en coulisses de manière bilatérale. Les dix non permanents «ne vont pas contrebalancer le P5 mais peuvent jouer un rôle», veut croire cette source.

Illustration symbolique du rejet d'une structure héritée de l'après-guerre et qui ne correspond plus au monde d'aujourd'hui, les cinq nouveaux ne veulent pas être appelés «membres non permanents» mais «membres élus».

Le moteur franco-allemand pourrait aider à gommer l'impression d'un Conseil de sécurité à deux vitesses. «Les Allemands et les Français vont travailler en étroite coopération pour montrer que l'Europe pèse toujours en multilatéral en dépit du retrait du Royaume-Uni» de l'Union européenne, prédit Richard Gowan.

De son côté, l'Indonésie pourrait gêner la Chine. «Les Indonésiens ont une équipe solide et pourraient organiser des débats du conseil sur la persécution des musulmans en Birmanie», note cet expert de l'ONU. (ats/nxp)

Créé: 27.12.2018, 07h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.