Le conseiller de Trump soupçonné de corruption

Ukraine/USAPaul Manafort aurait été le bénéficiaire de versements illégaux de millions de dollars en liquide, a affirmé hier le «New York Times».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Prenez l'ancien président ukrainien Victor Ianoukovitch. Ajoutez-y l'actuel directeur de campagne de Donald Trump. Saupoudrez de quelques millions de dollars. Et vous obtenez ainsi des informations explosives dévoilées hier par le prestigieux New York Times.

Reprenons. D'un côté, Paul Manafort. Un routard des présidentielles américaines (Gerald Ford, Ronald Reagan et George Bush) de 67 ans qui en paraît dix de moins. Il chapeaute aujourd'hui la campagne de Donald Trump.

De l'autre, l'ex-président Victor Ianoukovitch. Souvenez-vous: celui là même qui avait remporté les élections présidentielles de 2010 contre Ioulia Tymochenko et ses célèbres tresses. Et qui, quatre ans plus tard, devait être destitué par le parlement ukrainien après une période turbulente.

La rumeur veut que ces deux hommes soient liés. Manafort aurait été conseiller politique de Ianoukovitch. Si cette information n'est pas confirmée, ce qui l'est en revanche, c'est la somme de 12 millions de dollars (11,6 millions de francs) qui apparaît aux côtés du nom de Manafort à l'agence anti-corruption de l'Ukraine.

Aucune poursuite

Artem Sytnyk, qui dirige cette nouvelle agence, a confirmé lundi la présence du nom de Paul Manafort sur la «liste noire» du parti de l'ancien président Ianoukovitch.

«Le montant financier affecté pour paiement à cette personne à partir du 20 novembre 2007 dépasse au total 12 millions de dollars (11,6 millions de francs)», a-t-il déclaré dans une conférence de presse à Kiev. Mais, a-t-il poursuivi, «la présence du nom de Manafort sur cette liste n'implique pas qu'il ait effectivement reçu cet argent, vu que d'autres signatures ont figuré sous son nom et que la raison de débloquer ces sommes n'est pas mentionnée. Pour l'heure, l'enquête se poursuit».

Aucune poursuite n'a pour l'instant été engagée à l'encontre du directeur de campagne. Selon des rumeurs non confirmées, il a été l'un des proches conseillers de Victor Ianoukovitch, a précisé Artem Sytnyk.

«Accusations infondées et stupides»

Le stratège républicain depuis les années 1970 a été recruté pour mettre la campagne de Donald Trump en ordre de marche vers la Maison Blanche. Le lobbyiste patenté a catégoriquement démenti ces accusations, les qualifiant d'«infondées et stupides». Il a réfuté avoir touché un seul versement clandestin dans sa carrière et a affirmé n'avoir jamais travaillé pour les gouvernements russe ou ukrainien. Il a toutefois admis que sa société avait œuvré en Ukraine jusqu'aux élections parlementaires d'octobre 2014.

Il est connu que Paul Manafort, communiquant aux clients multiples, cultive des liens solides avec le «monde russe» cher à Vladimir Poutine, après avoir conseillé en Afrique des régimes pas toujours fréquentables.

Donald Trump a lui-même chanté les louanges de Vladimir Poutine, qui lui a renvoyé l'ascenseur dans des déclarations publiques. La candidate démocrate Hillary Clinton a elle qualifié de «troublantes» les révélations du journal. «Donald Trump a le devoir de révéler les liens qui existent entre son directeur de campagne Paul Manafort et tous ses autres employés de campagne et les entités russes ou pro-Kremlin», a insisté lundi Hillary Clinton.

Voici la vidéo diffusé par le New York Times où le responsable de l'agence anti-corruption ukrainienne confirme que Paul Manafort figure sur la liste noire de l'agence.

Lourde tâche

La controverse a pris un tour encore plus piquant du fait que Corey Lewandowski, l'ancien conseiller chargé de la campagne de Trump écarté au profit de Manafort, a tweeté le lien donnant lecture de l'article du New York Times.

Ce «re-tweet» a immédiatement été vu comme l'illustration de l'inimitié entre les deux hommes. L'un après l'autre se sont retrouvés avec la lourde tâche de donner une cohérence à la campagne de Trump, dont les saillies provocantes quotidiennes choquent jusque dans le camp républicain. (ats/nxp)

Créé: 16.08.2016, 10h53

Galerie photo

Les primaires américaines 2016 en images (février-août 2016)

Les primaires américaines 2016 en images (février-août 2016) Retrouvez tous les développements concernant les primaires pour les présidentielles américaines 2016.

Articles en relation

Trump promet un «filtrage poussé» des migrants

Etats-Unis Le candidat républicain à la Maison Blanche a réaffirmé sa volonté de pratiquer une politique stricte face aux étrangers. Plus...

Des liens avec la Russie chez un proche de Trump?

Etats-Unis Un article dévoile les sommes considérables prétendument versées par Ianoukovitch à un conseiller de Trump. Plus...

Trump fustige les médias «écœurants et corrompus»

Etats-Unis Le candidat républicain a ciblé le «New York Times» pour la couverture de sa campagne. Plus...

Trump accuse Obama d'avoir «créé» Daech

Etats-Unis Le candidat républicain est sur la défensive tandis que sa rivale démocrate capitalise sur ses déclarations. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.