Un convoi de djihadistes atteint une zone de l'EI

SyrieLe convoi de djihadistes et de civils bloqué par la coalition internationale a atteint une zone contrôlée par le groupe Etat islamique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le convoi de djihadistes et de civils bloqué depuis fin août dans le désert syrien «a atteint une zone contrôlée par l'Etat islamique (EI) dans la province de Deir Ezzor», a annoncé mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les forces de la coalition internationale qui lutte contre le groupe Etat islamique avaient bloqué ce convoi --chargé de quelque 150 à 200 djihadistes et 150 à 200 civils présentés comme des membres de leurs familles-- juste avant son arrivée à la frontière irakienne en bombardant la route et un pont. Ils avaient été chassés de la frontière libano-syrienne à la suite d'un accord négocié entre le Hezbollah libanais, allié au régime de Bachar el-Assad, et l'EI et, tous deux considérés comme «terroristes» par les Etats-Unis.

L'évacuation des combattants de l'EI était intervenue après une semaine de combats entre djihadistes et armée libanaise du côté libanais de la frontière, et djihadistes , Hezbollah chiite et armée syrienne du côté syrien. «L'opération est terminée, le convoi de l'EI a atteint la province de Deir Ezzor», a confirmé sur place de source de l'AFP.

Libération d'un combattant du Hezbollah

L'OSDH a précisé que le convoi avait pu reprendre sa route «après la décision de la coalition de stopper sa surveillance du convoi» et la libération par l'EI d'un combattant du Hezbollah. Cette libération a été confirmée par le canal de communication du Hezbollah.

Depuis son départ, des drones de la coalition anti-EI surveillaient le convoi et avaient mené des frappes aériennes, tuant quelque 85 combattants de l'EI en prenant pour cible «des véhicules (...) qui cherchaient à faciliter le mouvement de combattants de l'EI vers la zone frontalière de nos partenaires irakiens». Un drone avait maintenu sa surveillance jusqu'à ce que les forces du régime syrien dépassent le convoi.

«Depuis le début de cette affaire le 29 août, nous faisons peser la responsabilité des bus et de leurs passagers sur le régime syrien, qui a négocié avec le Hezbollah libanais un accord pour transporter les terroristes de l'ISIS en Irak», avait déclaré le général Jon Braga, chef des opérations de la coalition, utilisant une autre dénomination pour le groupe Etat islamique. (afp/nxp)

Créé: 14.09.2017, 01h28

Articles en relation

Assad, proche de la victoire

Guerre en Syrie Selon des experts, le président syrien est sur le point de gagner une guerre qui aura duré plus de 6 ans et ruiné le pays. Plus...

Au moins 34 civils tués dans des «raids russes»

Syrie Des frappes aériennes près de Deir Ezzor ont fait plusieurs morts parmi la population, dimanche. Une ONG les attribue à l'armée russe. Plus...

L'armée brise le siège de l'EI à Deir Ezzor

Syrie Les forces de Bachar el-Assad ont atteint l'aéroport militaire au sud de la ville, encerclé par les djihadistes depuis trois ans. Plus...

L'étau se resserre autour du chef de l'EI

Syrie Abou Bakr al-Bagdhadi, «calife» auto-proclamé de l'État islamique serait contraint de vivre sous terre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Soumise au vote populaire le 4 mars prochain, l'initiative «No Billag» vise à supprimer la redevance radio et télévision. Si tel devait être le cas, la RTS fermerait boutique, selon son directeur, publié le 22 novembre 2017
Plus...