Passer au contenu principal

EnvironnementLa COP25 aura bien lieu en Espagne en décembre

L'Espagne accueillera la conférence internationale sur le climat à la place du Chili. La COP25 se tiendra à Madrid du 2 au 13 décembre.

Le Chili a renoncé à accueillir la COP25 à cause de la contestation sociale qui agite le pays.
Le Chili a renoncé à accueillir la COP25 à cause de la contestation sociale qui agite le pays.
Keystone

La conférence internationale sur le climat, COP25, se tiendra bien en Espagne début décembre, en lieu et place du Chili. Ce dernier y a renoncé en raison de la crise sociale qui secoue le pays, a annoncé l'ONU vendredi.

«Nous sommes heureux d'annoncer que le bureau de la COP a convenu que la #COP25 aura lieu du 2 au 13 décembre à Madrid en Espagne», a tweeté Patricia Espinosa, la responsable climat de l'ONU.

Renonciation du Chili

Le président chilien Sebastian Piñera avait annoncé mercredi que son pays, aux prises avec une contestation sociale qui ne faiblit pas, renonçait à accueillir la COP25 en décembre, ainsi que le sommet du Forum de Coopération économique Asie-Pacifique (Apec), qui devait avoir lieu à Santiago mi-novembre.

L'ONU, plongée dans l'incertitude par ce retrait brutal, avait fait savoir mercredi qu'elle «étudiait les alternatives» pour accueillir la COP25.

Jeudi, M. Piñera avait annoncé que le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez lui avait «généreusement proposé d'organiser la COP25 à Madrid aux mêmes dates auxquelles cette conférence était programmée au Chili».

Patricia Espinosa avait apporté son soutien à l'initiative espagnole, y voyant un signe «encourageant de voir des pays travailler ensemble (...) pour faire face au changement climatique qui est le plus grand défi auquel sont confrontées les générations présentes et futures».

«Garantir le bon déroulement de la COP25»

Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez s'est félicité sur Twitter vendredi de «l'excellente nouvelle» de la confirmation du changement par l'ONU, assurant que «l'Espagne travaille déjà pour garantir le bon déroulement de la #COP25».

Car c'est bien le défi de réorganiser en quatre semaines les plans pour les quelque 25'000 délégués initialement attendus à Santiago qui va dominer les derniers préparatifs d'une conférence dont l'objectif affiché est de convaincre les Etats de rehausser leurs engagements en 2020 pour tenir les objectifs de l'accord de Paris, soit un réchauffement «nettement en dessous de deux degrés» par rapport à l'ère pré-industrielle et si possible 1,5 degré.

Outre les diplomates, les «Conférences des parties», nom officiel des COP, rassemblent des milliers de participants issus de la société civile -ONG, syndicats, partis, entreprises notamment- venus aiguillonner ou tenter d'influencer les négociateurs officiels.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.