Passer au contenu principal

BrexitCorbyn veut des élections ou un référendum

Le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn a plaidé mercredi pour des législatives anticipées ou un nouveau référendum sur le Brexit.

La large victoire promise au Premier ministre conservateur britannique Boris Johnson aux législatives lui laisse les coudées franches pour définir quel type de Brexit il compte mettre en oeuvre, en restant plus ou moins proche de l'UE. (Vendredi 13 décembre 2019)
La large victoire promise au Premier ministre conservateur britannique Boris Johnson aux législatives lui laisse les coudées franches pour définir quel type de Brexit il compte mettre en oeuvre, en restant plus ou moins proche de l'UE. (Vendredi 13 décembre 2019)
AFP
Une diplomate britannique chargée du Brexit à l'ambassade de Washington a démissionné, fatiguée des «demi-vérités». (Vendredi 6 décembre 2019)
Une diplomate britannique chargée du Brexit à l'ambassade de Washington a démissionné, fatiguée des «demi-vérités». (Vendredi 6 décembre 2019)
AFP
D'«intenses» discussions de dernière minute dimanche à Bruxelles n'ont pas suffi à débloquer les négociations sur le départ britannique de l'Union européenne, qui butent encore et toujours sur le sort de la frontière irlandaise après le Brexit. (Dimanche 14 octobre 2018)
D'«intenses» discussions de dernière minute dimanche à Bruxelles n'ont pas suffi à débloquer les négociations sur le départ britannique de l'Union européenne, qui butent encore et toujours sur le sort de la frontière irlandaise après le Brexit. (Dimanche 14 octobre 2018)
Keystone
1 / 150

Jeremy Corbyn, le chef du Labour, principal parti d'opposition au Royaume-Uni, a estimé mercredi que la seule manière de résoudre la «crise du Brexit» était de «retourner vers le peuple», en organisant des législatives anticipées ou un nouveau référendum.

Initialement prévu le 29 mars, le Brexit a été repoussé au 31 octobre au plus tard, l'accord de divorce négocié avec Bruxelles par la Première ministre conservatrice Theresa May ayant été rejeté à trois reprises par les députés britanniques.

Ces échecs successifs ont contraint la dirigeante à organiser les élections européennes en catastrophe, avant d'annoncer vendredi sa démission le 7 juin prochain, près de trois ans après le référendum qui a décidé de la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Cette séquence, marquée par la nette victoire du Parti du Brexit du populiste europhobe Nigel Farage aux européennes, renforce l'hypothèse d'une sortie sans accord, un scénario redouté par les milieux d'affaires.

«Retourner vers le peuple»

«La seule façon de sortir de la crise du Brexit qui déchire notre pays est maintenant de retourner vers le peuple», estime Jeremy Corbyn, dans un communiqué publié par le parti travailliste avant une rencontre à Dublin avec le Premier ministre irlandais Leo Varadkar. Pour M. Corbyn, les Britanniques doivent «décider de l'avenir du pays, soit lors d'élections générales, soit lors d'un vote sur tout accord (de sortie de l'UE) approuvé par le Parlement».

Le Labour est régulièrement critiqué pour son positionnement ambigu sur le Brexit, dont il a payé le prix lors du scrutin européen en perdant la moitié de ses 20 sièges de députés européens, avec 14,1% des voix, en troisième position derrière le parti du Brexit (31,6% des suffrages) et le parti europhile libéral-démocrate (20,3%), les conservateurs ne récoltant eux que 9% des suffrages.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.